Destination Noël: des poneys à croquer

Noël arrive bientôt, mais en attendant, c'est l'Avent. Et qui dit Avent dit gâteaux sablés. Quoi de mieux pour une cavalière que d'en profiter pour faire un clin d’œil équestre dans sa cuisine? Alors pour partager autrement ma passion, j'ai eu envie de faire des petits sablés en forme de cheval.

Pour cette nouvelle Cavalcade des blogs, organisée par Laetitia du blog L'instant Equin sur le thème "Destination Noël", je partage mes petits poneys à croquer.


Voici la recette que j'ai réalisée, proposée par le blog Equinoxe. Il s'agit de sablés noisettes-canelle.

Ingrédients
150g de farine
100g de farine complète
140g de beurre demi-sel  
(ou de beurre doux avec un pincée de sel si vous vivez en Suisse où le beurre semi-sel est rare et précieux)
100g de sucre
50g de poudre de noisettes
2 c. à café de cannelle (ou épices au choix)
1 œuf

Préparation:

  • Mélanger la farine, le sucre, la poudre de noisettes et la cannelle
  • Ajouter l’œuf battu et mélangez un peu
  • Ajouter le beurre coupé en petits morceaux et malaxer avec les doigts jusqu'à obtenir une pâte homogène
  • Réserver au frais 1h (pas plus, sinon tu vas avoir du mal à étaler la pâte - j'ai essayé)
  • Préchauffer le four à 180°C
  • Étaler la pâte jusqu'à 0,5 cm d'épaisseur environ
  • Découper en petits poneys à l'aide d'un emporte-pièce! (voir ci-dessous)
  • Les déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson
  • Faire cuire 10 min. Ces poneys devraient avoir une robe plus café au lait que bai brun ;-)
  • Ces poneys-là sont faits pour vivre en box: à conserver dans une boite hermétique avant de les dévorer.

Pour transformer tes sablés en poney


Une fois la pâte prête, il reste l'étape la plus importante: donner une forme de poney à nos sablés. Pour cela, il te faut relever (à l'avance) le défi de trouver un emporte-pièce qui convient. Je te recommande d'en prendre un avec des formes pas trop complexes, sinon il est difficile de ne pas casser la pâte avant cuisson.

Bon appétit!

Voici une petite sélection:

  • Mon emporte-pièce à poussoir en forme de poney à bascule est tip top! Trouvé à la Migros dans un kit de 4 emporte-pièces à piston de Noël à 6.90 CHF (maintenant les blopines, vous comprenez ce que ça me fait quand vous me parlez de tous ces produits que vous trouvez dans des magasins en France!!! Vengeance!)
  • Vous pouvez aussi le trouver dans un kit emporte-pièce "Baby Shower" à 6€99 chez Autour du gâteau (Parce que je suis gentille quand même, je vous l'ai trouvé en France)
  • Il y aussi une version sans poussoir , toujours chez Autour du Gateau à 1€99 
  • Mon autre emporte-pièce cheval vient de la Coop, mais il n'est pas pratique car il est difficile d'enlever l'excédent de pâte entre les postérieurs et la queue.

  • Pour les accros aux licornes: j'avais aussi trouvé l'année dernière un découpoir licorne très sympa chez Zodio. C'est un chouette magasin et vous devriez probablement y trouver votre bonheur. Sinon, je vous ai trouvé une licorne à 4€99 chez Univers Cake. Attention, c'est joli mais à mon avis pas pratique pour faire des sablés.
Voilà une idée pour mettre des poneys dans ton Noël! Alors, prêt(e) à cuisiner? Montre moi le résultat si toi aussi tu fais des poneys à croquer!
  

Pour une destination Noël encore plus cavalière


Tu cherches d'autres idées pour rendre ton Noël encore plus cavalier? Voici quelques idées et autres inspirations trouvées chez les blogueuses équestres:

  • Une envie de donner un côté cavalier à tes cadeaux? Tu peux utiliser du foin (et sa bonne odeur) ou de la paille pour servir de remplissage anti-chocs pour les cadeaux fragiles, et utiliser de la ficelle à ballots pour faire tes jolis nœuds sur l'emballage. Ambiance champêtre garantie!

  • Tu peux aussi glisser ta paire de boots (propres!) sous le sapin à la place des chaussons.
 

  • Pour gâter ton poney (le vrai, celui qui te fait craquer, pas ceux à croquer), voici deux recettes de friandises maison pour gâter ton poney (et toi), par Osteonimaux et Vision Equine

 
Petits poneys se sont fait dévorer!
Et surtout, passe de joyeuses fêtes!   
 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Acheter un vieux cheval, une bonne idée?

Cheval de club qui part en retraite, compétiteur en fin de carrière ou rescapé sauvé par une association, il existe de nombreux vieux chevaux à vendre. Mais pourquoi choisir un tel cheval? Que peut-on et ne peut-on pas faire avec un cheval âgé? Regardons ensemble si c'est une bonne idée ou non d'acheter un vieux cheval (mes lecteurs réguliers devraient déjà avoir une idée de ma réponse à cette question ;-) ).

oeil d'un cheval en gros plan avec poils blancs autour de l'oeil
Dans le regard d'un vieux cheval

Mais tout d'abord, à quel âge un cheval devient-il vieux?

Selon les auteurs, un cheval est considéré comme "vieux" entre 15 et 20 ans. Sachant que selon l'Institut français du cheval et de l'équitation (on va dire IFCE à partir de maintenant hein, c'est plus simple), l'espérance de vie est entre 25 ans pour un cheval et 30 ans pour un poney. Autrement dit, un poney peut passer plus de la moitié de sa vie en étant vieux. Le pauvre!

Pourtant, ce n'est pas cet âge en années qui va compter le plus pour faire d'un cheval un "vieux", mais plutôt son état de santé. Avec les années, un cheval (ou un poney, ne les oublions pas) peut développer des maladies diverses, certaines étant irréversibles et progressivement invalidantes. C'est le cas par exemple de l'arthrose, qui cause des difficultés de mouvement, ou de l'emphysème, source de problèmes respiratoires. Il a aussi moins d'énergie et peut être plus fragile, plus sensible au froid ou aux maladies, et se remettre moins vite d'une blessure. Ajoutons à cela que selon sa dentition, il peut avoir des difficultés à s'alimenter, et donc des risques d’amaigrissement.

Vous l'aurez donc compris, la santé d'un vieux cheval est un point essentiel à surveiller et à prendre en compte avant l'achat. Une visite véto peut donc être utile (dit la fille qui n'en a pas fait...) Comme avec n'importe quel cheval en fait!


Le travail, c'est la santé


De cette santé découlent les capacités sportives d'un vieux cheval. Si tu vises les Jeux Olympiques (ou Lamotte pour les plus intrépides), oriente-toi plutôt vers un jeune fougueux. Sinon, un vieux bien entretenu pourra bien évidemment te porter longtemps, franchir des barres, dérouler une reprise ou t'emmener en balade. Et tout ça sans t'envoyer dix coups de culs par séance ni partir vent du cul dans la plaine au premier galop en extérieur.

Il est même important de le faire travailler, pour maintenir sa musculature et même sa santé. L'essentiel est de s'adapter à ses capacités. Demander moins, ou moins souvent, est parfois nécessaire, mais il compense par une qualité que ne possède aucun jeune cheval : l'expérience.
  

L'expérience du vieux cheval


C'est pour moi l'une des plus grandes forces des chevaux âgés, et une grande raison de les choisir. Le vieux de la vieille sait lire, écrire et compter (ou presque). Il a tout vu, tout fait. C'est lui qui sera ton enseignant autant que tu seras le sien.

Acheter son premier cheval, c'est facile. Prendre soin et travailler son premier cheval, c'est effrayant. Alors un jeune, qui lui aussi a facilement peur, qui a tout à apprendre, c'est une double dose de peur et de défi. Le vieux cheval, lui, sait. Il a déjà beaucoup vécu. Il sera facilement plus tolérant, plus patient. Il connait déjà les épaules en dedans et les oxers, le trot allongé et les vaches (enfin pour les vaches, ça se discute... Hein, Jasmine?). L'expérience d'un vieux cheval peut soulager un peu notre inexpérience, compenser nos erreurs, nous rassurer aussi.

Le petit vieux n'est pas non plus seulement destiné à être le compagnon de pré de notre compagnon équin. Il pourra te faire découvrir un autre monde équestre. Nos chevaux âgés nous obligent ainsi à nous interroger sur notre pratique équestre. Que faire si je ne peux pas monter, ou moins? La découverte du travail à pieds et de la relation de complicité avec un cheval, sans selle et parfois sans licol, te conduira dans un autre univers, que tu ne voudras probablement plus quitter.

Ma "vieille". Sauras-tu deviner son âge?

Du bonheur sur sabots


Mon bonheur à moi a 19 ans (enfin jusqu'à la fin de l'année, en 2017 on prend une décennie toutes les deux). Un choix fait il y a quelques mois, en toute connaissance de cause. Une jument de club, MA jument de club, et l'heure de sa retraite. Un peu d'arthrose, mais d'une souplesse qui étonne même son ostéo. Le calme et la sagesse de ses années à former des petits cavaliers, mais un grain de folie et des "fils qui se touchent" par moments. Un mélange unique où ses années de vie la rendent plus grande, plus riche, plus complexe.

Et surtout un cœur en or, qu'elle garde bien caché mais dont je perçois parfois le pouls.

J'oublie bien souvent que ma jument est vieille, parce qu'elle est avant tout, et tout simplement, ma jument. Avec sa tête de mule et sa patience, ses douleurs et ses allures bien à elle, sa robe alezan pommelé si particulière et son petit bout du nez qui bouge. C'est un concentré de bonheur à chaque fois que mon esprit s'égare auprès d'elle.

Je la monte au final bien peu, bien moins que ce que j'aurais imaginé au départ. Mais c'est là aussi la force d'un vieux cheval : nous amener à comprendre que monter n'est pas forcément le plus important, nous montrer que les instants simples passés à ses côtés sont souvent les plus enrichissants. 

Alors, bonne ou mauvaise idée d'acheter un vieux cheval?

Pour moi, c'est une bonne idée... pour un compagnon de loisir. Si tu vises la compétition intense ou souhaite avaler des kilomètres de randonnées chaque semaine, un compagnon plus jeune sera peut-être plus approprié, mais en n'oubliant pas qu'il deviendra lui aussi "vieux" un jour.

Pour tous les autres, un vieux cheval est un cadeau, une source de découvertes étonnantes. Il ne faut pas oublier que dans "vieux cheval", il y a "cheval", et c'est ce qu'il est avant tout. Un animal complexe, sensible, multiple, avec ce petit supplément d'âme que lui confère son âge vénérable.

Alors si ton cheval de club préféré part en retraite ou si tu ne peux oublier le regard d'un survivant croisé au refuge, pense à lui, ose! Tu ne le regretteras pas!



Alors, prêt à t'engager auprès d'un vieux cheval? Ou si tu en as déjà un, qu'est-ce qu'il t'apporte?


Lectures

Pour aller un peu plus loin dans votre réflexion sur nos compagnons âgés, je vous invite à lire:
  • le blog Vision Equine, où Amaya nous partage son expérience avec Kalinka, la jument qu'elle a achetée à 19 ans et qui partage sa vie depuis maintenant 4 ans.
 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...