Qu'est-ce qu'un cheval ONC?

ONC... Trois petites lettres qui se sont glissées sur les papiers de ma ponette. Mais que veulent-elles vraiment dire? Et qu'est-ce que cela implique? Tentatives de décryptage.

(Astuce: si tu cherches la réponse officielle, je t'invite à commencer à lire cet article par la fin)

ONC ? Késako ?

  • Organisme Naturellement Cheval ?

Oui, c'est un point important à retenir: un cheval ONC est bien un cheval. Ou un poney. Ou une jument. Enfin, un animal de l'espèce Equus Caballus, quoi! 

Mais c'est tellement évident que ce n'est évidemment pas le sens de ces trois petites lettres.

  • Obscure Naissance Contestable ?

Traduction : accident de pré. Et oui, l'ONC, on ne sait souvent pas d'où il vient. Ou du moins, le père est probablement venu faire son affaire en cachette. Bref, l'ONC aime laisser planer le mystère sur l'histoire de sa naissance.

Même née de père inconnu, ma Jasmine était déjà trop chou bébé!

Mais non, c'est n'est quand même pas la bonne réponse. 

  • Opinion Négative pour la Compétition ?

Conséquence de son passé trouble, l'ONC n'est pas accepté dans le cercle mondain des compétiteurs de haut niveau. Il n'est pas assez bien pour ces prétentieux qui peuvent se dire appartenir à un fameux "stud-book", ni même ces lèches-bottes d'OC. Bref, adieux les rêves de s'illustrer dans les incroyables épreuves Pro, Amateur ou même, consécration ultime, les épreuves Poney. Non, notre cher ONC reste réduit au minimum, à faire ses preuves avec la plèbe, avec les débutants et les occasionnels, dans les épreuves, oserais-je annoncer ce nom si horrible, dans les épreuves Club!

On se limite peut-être aux épreuves Club, mais on s'amuse (Club 3, SF, juin 2015) Photo Alain Balthazard

Mais c'est bien évidement là une chose qui ne se dit pas, alors non, ce n'est toujours pas le sens officiel de son nom.


  • Ornement Normal des Clubs ?


Suite logique de l'affirmation précédente, l'ONC pullule dans les club. Beaucoup de cavaliers ont un jour monté un ONC, souvent sans même le savoir. C'est que l'ONC aime bien se cacher sous de faux airs de cheval de race. Les célèbres Shets par exemple, grands pourvoyeurs de gamelles de premières sensations équestres, sont bien plus souvent des ONC que de vrais Shetlands de race.

Mais non, l'ONC n'est pas sectaire, il ne se limite pas aux clubs.
 

  • Offre Non Conséquente ?

Accident de pré, malvenu en compétition, accessible aux clubs, l'ONC a tout du cheval pas cher. Difficile d'atteindre un prix élevé pour un ONC. La légende raconte pourtant que l'ONC cache derrière sa faible valeur pécuniaire un grande valeur équestre qui ne se révèle qu'aux propriétaires les plus audacieux.

Mais déjà qu'il ne vaut pas cher, l'ONC ne va pas en plus le clamer dans son nom.

  • Observation de Nouveaux Chemins ?



Finalement, s'il est une discipline pour laquelle l'ONC est parfaitement adapté, c'est bien l'exploration. L'exploration des chemins de balade et de randonnée, mais aussi celle des chemins menant à une relation épanouie dans le couple cheval-cavalier, et à l'ouverture vers de nouvelles expériences équestres. L'ONC, c'est la liberté de n'être pas contraint par les conventions de la compétition et des caractéristiques de race, pour pouvoir tracer soi-même son chemin en équitation.

Mais chut, c'est là un secret bien dissimulé réservé à quelques initiés ! Alors quel est l'Officiel Nom du Cheval ONC ? 

  • Origine Non Constatée !

Les ONC sont partout, même chez Cheval-facile

La voilà, la vraie définition officielle. Un ONC, c'est donc un cheval dont on ne connait pas les parents. Du moins pas officiellement. Le pauvre malheureux n'a pas le droit à son arbre généalogique chez les Haras Nationaux. 

D'ailleurs, on l'appelle couramment "sans papiers", même si l'établissement d'un document d'identification des chevaux est obligatoire en France depuis un décret d'octobre 2001. Ce qui explique probablement pourquoi les papiers de ma jument née en 1997 ont été établis en 2002. Et oui, c'est une ancienne sans papiers!


Et vous, avez-vous un cheval/poney ONC? Que savez-vous de ses origines? Quelle est la race de votre animal préféré?

 


PS: OC, dans la même logique, c'est Origine Constatée. Cela correspond aux chevaux/poneys qui ne sont pas reconnus dans une race, par exemple parce qu'ils sont issus de croisements, ou parce que le père n'était pas agréé à la reproduction. Les OC ont cependant les mêmes accès à la compétition (sauf élevage) que les chevaux inscrits à un stud-book, autrement dit les chevaux qui sont reconnus dans une race. Pour en savoir plus, RDV sur le site de l'IFCE.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

{Tag} Moi, cavalière, je voudrais...


Moi, cavalière, il est tant de choses que je voudrais,

Moi, cavalière, je voudrais me tenir droite et fière en toutes circonstances sur ma monture, pour ne jamais me vautrer comme un vulgaire sac de patates, et démontrer ainsi à tous les médisants la véracité du mythe du centaure,

Moi, cavalière, je voudrais une bombe invisible, pour pouvoir galoper sur la plage cheveux au vent en toute sécurité,

Moi, cavalière, je voudrais un cheval qui se nettoie en lui faisant des gratouilles, pour remplacer la corvée du pansage par la joie des papouilles,
 
Moi, cavalière, je voudrais un cheval avec des poils tout doux qu'il ne perd jamais, pour pouvoir monter à cru en short sans finir avec les mollets tout rouges et ne pas avaler des kilos de poils au printemps; je voudrais aussi évidemment un cheval ultraléger qui ne fait pas mal quand il nous marche sur les pieds, pour pouvoir garder la classe en restant pieds nus avec mon short,

Moi, cavalière, je voudrais des seins super fixes, qui ne bougent pas et donc qui ne font pas mal dès l'instant où je tente quelques mètres de trot assis (instant glamour, bonjour!), 

Mais moi, cavalière, je suis encore bien loin d'avoir tout cela. Pourtant je suis heureuse car j'ai déjà tant, et moi, cavalière, je voudrais surtout pouvoir encore et toujours continuer à rêver aux cotés de nos compagnons à quatre sabots.

Cet article est une réponse au Tag d'Aliénor de Cheval et moi, créé suite à un longue discussion sur les articles d'équitation ciblés pour les femmes. Vous pouvez vous aussi y participer en répondant à ces quelques questions:

Qu’est ce que j’aimerai en tant que cavalière pour :
Ma position?
Le style ?
Le pansage ?
Mon cheval ?
Le confort ? 

Parce qu'on parle de matériel équestre, je ne peux que taguer Naja, du blog Ekitado, qui vous donne plein de bons conseils sur le sujet et qui est de retour sur la blogosphère.

Et si vous avez envie d'en savoir plus sur mes rêves improbables question matériel équestre, je vous invite à (re-)découvrir mon matériel de randonnée idéal.

Alors, les cavalières, qu'est-ce que vous voudriez? 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Quand la peur s'en mèle...

Il y a si peu de temps, il y a deux mois déjà, je devenais propriétaire. Propriétaire à distance pour un temps, le temps de la fin de saison pour le club où est encore ma jument. Une grande joie, modérée par la distance qui nous sépare encore.
 
poney alezan qui broute dans un pré
Si près, si loin

Mais le moment où nous serons réunies approche enfin. Et savez-vous ce qui me submerge à cette perspective? Pas le bonheur de l'avoir bientôt à mes côtés, non. Plutôt la peur. La peur de ne pas être capable de préparer correctement son arrivée, et celle de tout ce qui pourrait lui arriver.

La hauteur de ma folie me rattrape: acheter une jument, c'est chouette. Acheter cette jument-là, ma Jas, c'est juste magique. Mais acheter une jument en France en vivant en Suisse et devoir l'importer dans un pays dont je ne connais pas vraiment le monde équestre, ça, c'est beaucoup plus effrayant.

Aujourd'hui je lui cherche sa nouvelle maison, un lieu où je pourrais la laisser en confiance, pas trop loin de chez moi, à un prix correct, et c'est pas simple.

Et puis s'enchainent toutes les questions qui vont avec: où trouver un maréchal ici, combien coûte le véto dans un pays où la vie est chère, comment organiser le transport, est-ce qu'elle monte bien dans un van, comment va-t-elle supporter le voyage...? Difficile de dépasser ces inquiétudes pour voir le simple bonheur de sa présence alors qu'elle est si loin.
   
Il y a un côté angoissant à la responsabilité d'être propriétaire, la peur de faire des erreurs qu'elle doive payer, la peur qu'il lui arrive quelque chose. Même l'idée d'acheter une selle est compliquée, parce que je sais qu'elle blesse facilement au garrot.

Mais il y a au travers de tout cela une évidence: je la veux près de moi. Ce sont les moments quotidiens auprès d'elle qui me manquent, ceux qui pourraient me rassurer, ceux pour lesquels j'ai si longtemps rêvé d'elle. C'est la distance je crois qui fait croitre la peur en moi, la distance qui temporise la joie.

Parfois, quand la peur s'en mèle, même les plus belles choses peuvent nous paraitre ternes. Alors il me reste aujourd'hui à affronter ces frayeurs pour rendre à nos retrouvailles l'accent du bonheur.


Et vous, ami(e)s propriétaires, comment vivez-vous votre responsabilité envers votre cheval? Des astuces pour gérer cette peur?

Ceci est ma participation à la 28ème Cavalcade des Blogs, organisée par Astride du blog Eperdument cheval, sur le thème "Quand la peur s'en mèle..."

logo la Cavalcade des Blogs
 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lire la suite...

Vis ma vie de cavalière... en gifs

Être cavalière, ce n'est pas seulement monter à cheval. C'est aussi et surtout une passion qui vous fait développer de drôles d'habitudes et manies au quotidien. Voici un florilège des caractéristiques propres aux cavalières passionnées.

Tu sais que tu es cavalière quand...


  • tu passes le balai plus souvent aux écuries que chez toi



  • tu as toujours l'impression de sentir bon même après 3 heures de poney


    • tu n'as jamais de place pour mettre les courses dans ton coffre (il est trop plein d'équipement équestre in-dis-pen-sable)


      • tu peux te priver de grasse mat' juste pour aller monter 


      • il y a plus de brosses dans ta boite de pansage que de produits de beauté dans ta salle de bains



          • tu as la solution à tous les problèmes: la ficelle à ballots 


            • tu repères tous les vans quand tu es sur la route... et tu es déçue si tu ne vois pas de cheval dedans


            • ta carte bleue redoute la vue d'une sellerie bien plus que celle d'un magasin de vêtements


            • ton appartement est décoré de photos et de tableaux de poneys


              • tu es capable de faire 500 km juste pour aller voir ta jument (spéciale dédicace à mes parents qui se retrouvent "obligés" de m'héberger)


              • tu deviens une furie si tu entends dire que "l'équitation, c'est pas un sport" 






              Voici donc quelques caractéristiques qui révèlent (en tout cas chez moi) la passion qui m'anime, celle de l'équitation et des chevaux. Et vous, quelles sont les vôtres?


              Cet article est ma participation à la 27ème Cavalcade des Blogs, organisée par Emilie, du Blog "Conseils pour les propriétaires d'équidés", sur le thème de "la passion qui m'anime".
               
                Rendez-vous sur Hellocoton !
                Lire la suite...

                First, ou la victoire de l'espoir


                "Votre plus belle victoire". C'était le thème d'un défi lancé par Ekibox, un défi qui m'a beaucoup inspiré. Si je n'ai pas gagné le concours, j'y ai gagné le plaisir de partager avec vous une aventure exceptionnelle. L'histoire de ma plus belle victoire équestre. La voici... 

                Ma plus belle victoire cavalière vient d'avoir un an. Ma plus belle victoire équestre est la victoire de la vie. Au départ un rêve ordinaire, une amie, sa jument, une saillie et l’arrivée de la nuit tant attendue. Un petit poulain pie bai. Un petit être frêle et courageux bientôt debout et fier. L’admiration, la joie, la passion, le soulagement d’une naissance réussie après les nuits blanches. Le cœur déjà débordant d’un amour insensé pour cette nouvelle vie.

                Et puis soudain un doute qui s’insinue, doucement, subrepticement. Il ne tète pas ? Non, on dirait qu’il ne tète pas. Mais il essaie quand même… Attends un peu. Une heure, deux heures,… Non, il ne tète toujours pas. Le cœur qui s’emballe, la vague de peur qui déferle, non, c’est impossible ! Inquiétude, que faire ? Le laisser faire ? Trois heures, véto en urgence. Verdict confirmé : il n’a pas tété. Quelques heures à peine, et déjà les tubes, la sonde dans le nez, parce que le colostrum indispensable, il faut lui faire passer. 

                Attendre, encore et encore, espérer, l’encourager, tourner en rond dans le pré, la rage à l’âme et le ventre noué. 12 heures de vie, toujours rien, et un nouveau tuyau dans le nez. 20 heures, pleurs et cris n’y ont rien fait, il n’a toujours pas tété. Le sauver, voilà la seule chose pourtant qui occupe nos pensées. Est-ce possible ? Est-ce qu’il est malformé, est-il déjà condamné ? Peut-il apprendre ?

                Pour le véto, c’est mal barré. Passé 24 heures, il n’y arrivera jamais. On essaye la tétine, sans succès. L’épuisement guette, les pensées se mêlent et s’entremêlent, plus rien ne fait sens, il n’y a plus qu’un poulain incapable de téter et un dernier espoir à tenter.

                poulain pie bai en train de boire du lait dans un saladier

                First, 10 jours – Repas nocturne

                Du lait en poudre et de l’eau tiède, la solution de dernier recours, dans un saladier, pas besoin de téter. Mais l’épuisement et l’angoisse interviennent, la nuit est sur nous, en-dehors et en-dedans. Impossible de lui faire comprendre, il sait bien, petit malin, que les mamelles de sa mère sont la source nourricière. Alors ce soir-là, on a fait front à trois, mon amie, sa jument, et moi. Des mamelles au saladier, avec les doigts, pour lui faire goûter, et les instants magiques où tout doucement il accepte d’avaler son lait dans un saladier.

                tête de poulain vue du dessous avec du lait sur le bout du nez
                First, 13 jours – Un bébé poney qui boit au saladier, ça bave du lait :-D

                Le début d’un long parcours, revenir à toutes heures de la nuit et du jour, pour touiller du lait dans un saladier, et nourrir un drôle de petit poulain qui ne sait pas téter. Trois amies qui se relaient, et une jument d’une patience d’ange envers les nounous de son petit. Une équipe cavalière et acharnée. Des moments volés, 4 heures du matin dans un box au milieu d’un pré, sous le ciel étoilé, et un poulain couché à mes pieds. Les jours, les semaines et les mois qui passent. Voir grandir l’espoir en le voyant grandir.

                First, 1 mois – Nourrir un poulain, c’est jour et nuit, même sous la pluie !

                Et un matin, tout soudain, voir le poulain à la mamelle en train de téter. La vie a triomphé. 

                First, 8 mois, et sa maman Nora. Le bonheur de le voir téter.

                Il s’appelle First de l’Espoir, parce qu’il est le symbole de la vie qui continue. Il est la preuve de la persévérance qui paye, le symbole de la volonté triomphante, la conquête d’un combat acharné. Il a eu un an en avril, et tète encore goulument les mamelles de sa maman, comme pour se rattraper. Il s’appelle First de l’Espoir, et il est notre plus belle victoire.

                 
                Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette histoire, vous pouvez aussi lire le conte de Pie S'Tache, la version romancée de notre aventure avec ce poulain pas comme les autres.

                Et vous, quelle est votre plus belle victoire équestre? 

                Rendez-vous sur Hellocoton !
                Lire la suite...