Vis ma vie de cavalière... en gifs

Être cavalière, ce n'est pas seulement monter à cheval. C'est aussi et surtout une passion qui vous fait développer de drôles d'habitudes et manies au quotidien. Voici un florilège des caractéristiques propres aux cavalières passionnées.

Tu sais que tu es cavalière quand...


  • tu passes le balai plus souvent aux écuries que chez toi



  • tu as toujours l'impression de sentir bon même après 3 heures de poney


    • tu n'as jamais de place pour mettre les courses dans ton coffre (il est trop plein d'équipement équestre in-dis-pen-sable)


      • tu peux te priver de grasse mat' juste pour aller monter 


      • il y a plus de brosses dans ta boite de pansage que de produits de beauté dans ta salle de bains



          • tu as la solution à tous les problèmes: la ficelle à ballots 


            • tu repères tous les vans quand tu es sur la route... et tu es déçue si tu ne vois pas de cheval dedans


            • ta carte bleue redoute la vue d'une sellerie bien plus que celle d'un magasin de vêtements


            • ton appartement est décoré de photos et de tableaux de poneys


              • tu es capable de faire 500 km juste pour aller voir ta jument (spéciale dédicace à mes parents qui se retrouvent "obligés" de m'héberger)


              • tu deviens une furie si tu entends dire que "l'équitation, c'est pas un sport" 






              Voici donc quelques caractéristiques qui révèlent (en tout cas chez moi) la passion qui m'anime, celle de l'équitation et des chevaux. Et vous, quelles sont les vôtres?


              Cet article est ma participation à la 27ème Cavalcade des Blogs, organisée par Emilie, du Blog "Conseils pour les propriétaires d'équidés", sur le thème de "la passion qui m'anime".
               
                Rendez-vous sur Hellocoton !
                Lire la suite...

                First, ou la victoire de l'espoir


                "Votre plus belle victoire". C'était le thème d'un défi lancé par Ekibox, un défi qui m'a beaucoup inspiré. Si je n'ai pas gagné le concours, j'y ai gagné le plaisir de partager avec vous une aventure exceptionnelle. L'histoire de ma plus belle victoire équestre. La voici... 

                Ma plus belle victoire cavalière vient d'avoir un an. Ma plus belle victoire équestre est la victoire de la vie. Au départ un rêve ordinaire, une amie, sa jument, une saillie et l’arrivée de la nuit tant attendue. Un petit poulain pie bai. Un petit être frêle et courageux bientôt debout et fier. L’admiration, la joie, la passion, le soulagement d’une naissance réussie après les nuits blanches. Le cœur déjà débordant d’un amour insensé pour cette nouvelle vie.

                Et puis soudain un doute qui s’insinue, doucement, subrepticement. Il ne tète pas ? Non, on dirait qu’il ne tète pas. Mais il essaie quand même… Attends un peu. Une heure, deux heures,… Non, il ne tète toujours pas. Le cœur qui s’emballe, la vague de peur qui déferle, non, c’est impossible ! Inquiétude, que faire ? Le laisser faire ? Trois heures, véto en urgence. Verdict confirmé : il n’a pas tété. Quelques heures à peine, et déjà les tubes, la sonde dans le nez, parce que le colostrum indispensable, il faut lui faire passer. 

                Attendre, encore et encore, espérer, l’encourager, tourner en rond dans le pré, la rage à l’âme et le ventre noué. 12 heures de vie, toujours rien, et un nouveau tuyau dans le nez. 20 heures, pleurs et cris n’y ont rien fait, il n’a toujours pas tété. Le sauver, voilà la seule chose pourtant qui occupe nos pensées. Est-ce possible ? Est-ce qu’il est malformé, est-il déjà condamné ? Peut-il apprendre ?

                Pour le véto, c’est mal barré. Passé 24 heures, il n’y arrivera jamais. On essaye la tétine, sans succès. L’épuisement guette, les pensées se mêlent et s’entremêlent, plus rien ne fait sens, il n’y a plus qu’un poulain incapable de téter et un dernier espoir à tenter.

                poulain pie bai en train de boire du lait dans un saladier

                First, 10 jours – Repas nocturne

                Du lait en poudre et de l’eau tiède, la solution de dernier recours, dans un saladier, pas besoin de téter. Mais l’épuisement et l’angoisse interviennent, la nuit est sur nous, en-dehors et en-dedans. Impossible de lui faire comprendre, il sait bien, petit malin, que les mamelles de sa mère sont la source nourricière. Alors ce soir-là, on a fait front à trois, mon amie, sa jument, et moi. Des mamelles au saladier, avec les doigts, pour lui faire goûter, et les instants magiques où tout doucement il accepte d’avaler son lait dans un saladier.

                tête de poulain vue du dessous avec du lait sur le bout du nez
                First, 13 jours – Un bébé poney qui boit au saladier, ça bave du lait :-D

                Le début d’un long parcours, revenir à toutes heures de la nuit et du jour, pour touiller du lait dans un saladier, et nourrir un drôle de petit poulain qui ne sait pas téter. Trois amies qui se relaient, et une jument d’une patience d’ange envers les nounous de son petit. Une équipe cavalière et acharnée. Des moments volés, 4 heures du matin dans un box au milieu d’un pré, sous le ciel étoilé, et un poulain couché à mes pieds. Les jours, les semaines et les mois qui passent. Voir grandir l’espoir en le voyant grandir.

                First, 1 mois – Nourrir un poulain, c’est jour et nuit, même sous la pluie !

                Et un matin, tout soudain, voir le poulain à la mamelle en train de téter. La vie a triomphé. 

                First, 8 mois, et sa maman Nora. Le bonheur de le voir téter.

                Il s’appelle First de l’Espoir, parce qu’il est le symbole de la vie qui continue. Il est la preuve de la persévérance qui paye, le symbole de la volonté triomphante, la conquête d’un combat acharné. Il a eu un an en avril, et tète encore goulument les mamelles de sa maman, comme pour se rattraper. Il s’appelle First de l’Espoir, et il est notre plus belle victoire.

                 
                Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette histoire, vous pouvez aussi lire le conte de Pie S'Tache, la version romancée de notre aventure avec ce poulain pas comme les autres.

                Et vous, quelle est votre plus belle victoire équestre? 

                Rendez-vous sur Hellocoton !
                Lire la suite...

                {Tag} Portrait chinois version cheval

                Si tu veux mieux connaitre un cavalier, demande lui de te parler de son cheval. Que ce soit son cheval de cœur ou son cheval sur les papiers, cet animal est un peu de lui, de sa passion et de son caractère. C'est pourquoi aujourd'hui je vous propose un portrait chinois version cheval, à faire réaliser par vos amis cavaliers et blopines équestres.

                les questions du portrait chinois version cheval

                Et bien sûr, je me suis prêtée à l'exercice pour vous parler de celle qui est ma jument de cœur depuis presque 14 ans, et ma jument à moi depuis moins d'un mois.

                Que serait ma jument si elle était:

                  • un obstacle? la rivière, parce que c'est au ras du sol, et que Madame a des allures à ras du sol.
                    • une discipline? La balade! (C'est comme une discipline non?) Elle est toujours plus joyeuse et plus joueuse quand on part en extérieur, alors qu'elle est plutôt plan-plan en manège.
                    • un objet de la sellerie? La pierre à sel. Parce qu'elle adooore lécher les mains des gens.

                    • un cavalier? Une enseignante. C'est son métier depuis presque 16 ans, et pour quelques mois encore. Mais pas une enseignante sympa, plutôt une enseignante qui attend que tu lui démontres ce que tu sais faire avant de te montrer ce qu'elle a à t'apprendre (feignasse!) Une jument capable de galoper à quatre temps avec les débutants ou de gagner les petites épreuves en CSO selon la motivation de son cavalier.

                    • un lieu? Le carré d'herbe de l'autre côte de la barrière du manège. Celui-là même qui est tellement attirant qu'elle préfère sauter la lice pour aller le grignoter plutôt que de travailler en liberté, les aléas de ne pas avoir un manège complètement fermé par des murs.
                    • une plante? un grain! Parce que clairement, elle a un grain cette bête-là! Mais c'est pour ça que je l'aime.
                       
                      jument alezan dans son box qui tend l'encolure
                      Vous le voyez, là, le grain dans sa tête?

                      • un mot? Aimable. C'est son surnom depuis longtemps (toujours?), très représentatif de ses relations avec ses congénères, à l’exception de quelques rares élus (son meilleur pote étant à peu près aussi aimable qu'elle).
                      • une œuvre d'art? Un tableau de Magritte. Jasmine est une œuvre surprenante, inattendue, riche, et qui défie parfois toute logique.
                      Le Blanc-Seing (1965) René Magritte
                      Voici donc quelques mots pour vous parler de Jasmine un peu différemment, quelques mots qui en disent long sur la passion de sa cavalière.

                      J'invite tous ceux qui le souhaitent à se prêter à l'exercice, et à taguer 3 blogueuses équestres (ou youtubeuses poney ou couples faceponey, tout le monde est le bienvenu!)Les personnes taguées sont invitées à partager le questionnaire, répondre aux questions en parlant de leur cheval de cœur, et à nommer à leur tour 3 personnes.

                      Et voici mes trois lauréates:
                      À vous de jouer!
                        Rendez-vous sur Hellocoton !
                        Lire la suite...

                        Dans mes rêves galope une jument...

                        Dans mes rêves galope une jument...

                        Dans un rêve que j'ai si récemment osé vous conter, un rêve improbable et insensé, un espoir vraiment.

                        Une petite jument de 19 ans, une ponette comme on dit, d'un alezan qui se pare de reflets moirés en été.

                        Un souvenir d'adolescence, mon ancienne DP, de quand je n'avais pas encore 18 ans.

                        jument alezan qui regarde à droite et cavalière accroupie devant elle qui regarde à gauche
                        Souvenir - janvier 2005

                        Ma première enseignante équine, mes plus beaux moments de complicité cavaliers.

                        Une chèvre, une mal aimable, une fainéante au caractère bien trempé et aux allures rasantes.

                        Une bête de club, un accident de pré, une petite ONC sans prétention.

                        Mais un être sans pareil qui a ravi mon cœur depuis de nombreuses années. Ma jument de cœur, malgré la distance et le temps qui passe.

                        Et caché quelque part, un espoir, l'attente de sa retraite, qui ne devrait pas venir avant encore quelques années.

                        Une presque vieille en pleine santé, qui n'a pas son pareil pour éviter de travailler, et maitrise encore l'art de faire culbuter ses cavaliers.

                        Quand je rentre en France et que j'ai le loisir de choisir, c'est toujours avec elle que je vais cavaler, peu importe qu'on soit un peu dépareillées.

                        Cavalière et jument alezan au galop dans une carrière
                        Juin 2015 - Sans Faute en Club 3 - Juste pour le plaisir

                        Un amour qui n'a pas de sens, mais une évidence.

                        Un week-end férié prolongé, quelques jours au pays de mon enfance. Et la question si longtemps espérée, tellement inattendue maintenant. "Tu veux Jasmine?".

                        Le "oui" est sorti sans même que j'y ai réfléchi.

                        Sa retraite un peu plus tôt que prévue, à la fin de l'été. Encore quelques mois à l'attendre, pour tout préparer, mais désormais il y a mon nom sur ses papiers. 


                        Cavalière en train de prendre un selfie avec sa ponette
                        Immortaliser le premier jour de notre nouvelle aventure ensemble

                        Un avenir à construire, une vie de pré et de balades à lui offrir, la complicité à reconstruire.

                        Une petite jument ordinaire, un cadeau pour moi extraordinaire, c'était elle et nulle autre que j'attendais.

                        Alors voilà: je suis propriétaire. À distance.

                        Dans mes rêves galope une jument... et je cours à ses côtés.  

                        Rendez-vous sur Hellocoton !
                        Lire la suite...