Le pansage, ça ne sert à rien !


Panser son cheval. Encore une expression qui mériterait sa place dans mon article précédent, sur la confusion des non-cavaliers face au vocabulaire du monde équestre.
"T’en as mis du temps pour penser ton cheval." Là, il faut avoir beaucoup d’imagination !

Depuis le jour où j’ai commencé à monter à cheval, on m’a appris à brosser mon cheval et à lui curer les pieds avant de monter dessus. Et gare à celui qui laisse un brin de paille dans la queue! Non mais! Alors on brosse, on frotte, on cure, on lave, jusqu’à ce qu’il brille.


Tout ça pour un cheval!

Ouais. Mais bon. Un jour, j’ai rencontré des cavaliers qui ne brossent pas ou ne curent pas les pieds de leurs chevaux! Sacrilège! Vraiment?


Le premier fut un guide de tourisme équestre, dans un coin de France, qui interdisait aux cavaliers de curer les pieds de ses chevaux, qui vivaient au pré à l’année. Il  vérifiait simplement les sabots s’il constatait un problème dans la démarche d’un cheval. Les suivants furent des cavaliers d’un autre monde, les cavaliers nomades de Mongolie. Là-bas, le pansage est plus que sommaire. Une fois qu’ils ont réussi à attraper le cheval, ils frottent un peu sous la selle et la sangle avec ce qu’ils ont sous la main, et c’est tout. Et pourtant, dans un cas comme dans l’autre, les chevaux se portaient très bien.


Ayant constaté que les pratiques de pansage peuvent varier avec les écuries, lors d’une autre randonnée, j’ai donc attendu l’autorisation du guide pour curer les pieds, souhaitant m’adapter à son mode de fonctionnement avec ses chevaux. C’est à ce moment qu’un autre randonneur, ne connaissant pas plus ces écuries que moi, m’a déclaré sur un ton péremptoire : « Il faut TOUJOURS curer les pieds! ». Et moi, quand on me dit de faire les choses de manière impérieuse sans m’expliquer pourquoi, j’aime pas ça.


De l’intérêt du pansage



Du coup, je me pose la question suivante: Le pansage, ça sert à quoi? Et curer les pieds, ça sert à quoi? J’ai donc commencé par jeter un œil dans les grands livres qui trainent chez moi depuis des années, et prétendent m’apprendre les chevaux. Bon, j’aurais pas dû. Va falloir que je renouvèle ma bibliothèque équestre, moi. Déjà, pas un mot sur le comportement naturel du cheval, sur ses besoins vis-à-vis de l’entretien de sa peau et ses poils. J’avais pas besoin d’un livre pour savoir que de brosser, ça enlève la poussière.


Un pansage de cheval
Bref, je vais revenir au simple bon sens et aux observations que peut faire n’importe quel cavalier. Car quelle est l’activité favorite de nos amis à quatre pattes dès qu’on les laisse en liberté? Tous ceux qui ont un jour lâché un cheval après l’avoir douché savent de quoi je parle. Oui, vous savez, ce bonheur qu’ils ont à se rouler dans la première flaque de poussière venue en ruinant tous nos efforts pour les faire briller? Quand ce n’est pas dans la boue! Et pourquoi cela? Ce n’est tout de même pas seulement pour embêter leurs cavaliers? Heureusement, non! Les bains de poussière permettent en particulier aux chevaux de se débarrasser des peaux mortes. Et les copains chevaux, c’est leur solution pour se gratter quand ça démange dans des endroits inaccessibles. Bref, quand on leur en donne les moyens, les chevaux n’ont pas besoin de nous pour faire leur pansage!


Donc, en gros, le pansage, ça ne sert à rien. Oui, mais non en fait. En les brossant, vous allez les aider à enlever les peaux mortes qui les démangent. Vous jouez le rôle du copain poney et de la flaque de boue, quoi! Par contre, le pansage qui brille jusqu’au bout des oreilles, ben oui, ça ne sert à rien. Ça ne sert qu’à vous faire plaisir à vous.


La brosse qui fait briller (Oui, j'en ai une et je m'en sert parfois!)

Mais alors, j’arrête de brosser mon cheval et je le laisse se débrouiller du coup? Non, mais je vous invite à pratiquer le pansage intelligent. Le pansage, c’est bien plus qu’un simple brossage pour faire joli. Il est toujours nécessaire de bien brosser les parties du cheval qui sont en contact avec le matériel, en particulier aux points de pression, car les frottements peuvent créer des blessures, surtout si la peau est sale. Alors, si vous voulez monter à cheval, brossez d'abord le dos, le passage de sangle, la tête, et surtout n’oubliez pas le passage de têtière et tous les coins de la tête qui sont cachés sous le licol !

Un autre rôle important du pansage, c’est qu’il vous permet d’observer votre cheval. C’est ce qui vous permettra de détecter une sensibilité, des petites anomalies, une douleur, une chaleur anormale des membres, une bosse ou un bobo, et donc de le soigner rapidement. Pour cela, n’oublier pas de toucher votre cheval avec vos mains, pas seulement avec vos brosses. 

Et c’est aussi ainsi que vous pourrez profiter du pansage de votre cheval. Car le pansage, c’est aussi ce moment où vous entrez en contact avec lui, où vous lui dites bonjour, où vous vous présentez à lui si vous ne le connaissez pas,… Même si on vous regarde bizarrement après, parlez lui ! Et qui sait, si vous êtes assez attentifs, vous pourrez peut-être même voir sa réponse ! Bref, le pansage, c’est un vrai moment de complicité.


Et si on en revenait au curage des pieds. Clairement, les chevaux ne se curent pas les pieds dans la nature. Ou du moins, je n’ai jamais vu de paillasson pour chevaux. Comme c’est au bout du monde que j’ai pris par l’observation quelques leçons d’équitation, j’en reviens à ces chevaux mongols: ils vivent en semi-liberté, mais ont des pieds en parfait état. Donc je crois que ce guide français n’avait pas tort dans son choix de ne pas curer les pieds. Si le pré est propre, sans cailloux, la terre restée dans les sabots aura plus un rôle protecteur contre les irrégularités du sol, et l’excédent de terre risque surtout de finir dans les yeux du cavalier de derrière au premier galop! De même, combien de chevaux au box, dont les pieds sont curés plusieurs fois par jour, ont des problèmes de pieds? Combien de fourchettes pourries? Curer les pieds n’est donc pas toujours la solution! Et si on laissait plus souvent le sable de la carrière dans les pieds de nos chevaux après le travail, ne protégerait-il pas ceux-ci du fumier du box? Qu'en pensez-vous?

En conclusion, le pansage pour avoir un cheval brillant comme Barbie, ça ne sert à rien.

Pour panser votre cheval, pensez donc cheval! Et pensez à panser intelligent:
-Brossez les régions en contact avec le matériel
-Touchez votre cheval pour détecter les bobos
-Curer les pieds quand c'est vraiment nécessaire
-Profitez de ce moment de complicité !
Et si votre cheval vit au pré, n’hésitez pas à le laisser sale plusieurs jours si vous ne le montez pas, ce n’est pas lui que ça dérangera le plus!


Parce que le pansage est un des soins les plus simples à prodiguer à un cheval, et qu'on en oublie parfois à quoi il sert, cet article participe à la douzième édition de la Cavalcade des blogs, organisée par Ostéonimaux, sur le thème des soins et des maladies du cheval.

Et vous, comment pansez-vous votre cheval ?
  
Vous ne voulez pas manquer les prochains articles? Je suis aussi sur Google Plus.

Rendez-vous sur Hellocoton !

27 commentaires:

  1. *_* j'adore, biensûr que le théme est respecter !
    L'idée de : je ne cure pas les pieds directement. J'adore, a tester du coup !
    Hâte de lire d'autre article comme celui ci =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool! C'est vrai que de ne pas curer les pieds, la première fois, c'est très surprenant, mais finalement il y a une certaine réflexion derrière.

      Supprimer
  2. Je suis fan de ton article ! En effet, le pansage n'est pas indispensable. Je me contente souvent juste de brosser l'emplacement de la selle et sangle. Pour les pieds, rien à la belle saison si je vois que ma Louloute marche bien, sinon je lui dégage les cailloux coincés. Mais en ce moment, curage de pied obligatoire, parce que les fourchettes nécessitent quelques soins.

    Le pansage pour nous, c'est plutôt une séance massage et grattouilles au final, selon les indications de Madame Kalinka :P.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est cool de savoir que ces idées fonctionnent! Et vive les grattouilles!

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec toi ! Aussi bien pour les pieds que le roulage déparasitaire (d'ailleurs il n'y a pas que les chevaux qui se roulent dans la terre, énormément d'animaux sauvages le font).
    Après moi j'ai un DP donc je ne fais pas ce que je veux, mais mes chevaux vivront dehors, pieds nus... et pour le curage ça dépendra des pieds du cheval ainsi que l'état du pré et des endroits où il marche, mais à tester. C'est vrai que dans la nature, il n'y a pas de paillassons pour chevaux comme tu dis !
    En tous cas très chouette cet article, il permet de voir les choses qui paraissent habituelles pour n'importe quel cavalier français d'un autre angle, et de se poser des questions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on est tellement habitués qu'on fait les choses sans réfléchir, alors que parfois on pourrait faire mieux, en faisant moins, mais en faisant bien. (Et je m'inclus dans le lot, bien sûr ;-) )
      Evidemment, c'est pas évident quand il faut s'accorder avec d'autres personnes, comme pour ta DP!

      Supprimer
  4. J'adore cet article !! C'est vrai qu'avoir un cheval tout brillant, ça sert à rien. Je suis une grande fan du "laissage de sable sous le pied", surtout en ce moment où les prés sont très humides. Mais par contre, je préfère quand même faire un pansage méticuleux dans le sens où je cherche le moindre bobo (cheval boulet powaaaaa) !!

    Mais bref, je suis tout a fait d'accord avec ton article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais lu ton article sur la gadou où tu parles du sable dans les sabots, ça m'a conforté dans cette réflexion, merci!

      Supprimer
  5. J'adore les articles comme ça, où on remet en question les grands principes bien établis et où, surprise!, on découvre qu'enfaite tout le monde ne fait pas comme ça.


    Après pour le curage de pieds, faut savoir aussi qu'un cheval de rando ou un cheval mongole va beaucoup se déplacer, mettre les pieds sur différents terrains ce qui va raper la corne en trop naturellement et le débarrasser de ce qui est coincé sur la sole. Nos chevaux à nous n'ont pas les mêmes conditions de vie. Et quand ton cheval patauge toute la semaine dans la boue, t'as plutôt intérêt à lui nettoyer et sécher un peu les fourchettes quand t'es là pour pas qu'elles pourrissent! De même pour les membres pleins de boue si tu veux pas qu'il chope la gale.

    Alors oui dans la nature les chevaux ne sont pas brossés ect et le "vivent bien", mais il faut savoir que c'est aussi pour ça qu'ils chopaient des infections, des maladies... Donc faut pas toujours se référer à leur mode de vie sauvage.


    Sinon mes petits trucs à moi:
    - ne pas trop frotter le poil en hiver car le cheval produit une sorte de "suaint", un peu de gras qui fait une couche sur le poil et l'aide à se protéger (intempéries, froid). C'est pas grand chose, mais mieux vaut ne pas l'enlever en frottant l'hiver.
    - un cheval mouillé ne se brosse pas (douche ou pluie) ! Le poil est imperméable et en frottant, c'est là qu'on le fait entrer l'eau au contact de la peau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, on ne peut pas donner à nos chevaux les mêmes conditions de vie que dans la nature, du coup, il faut s'adapter à ce qu'on peut leur offrir. Merci pour les astuces!

      Moi j'ai découvert le pansage "à l'islandaise" aussi: quand un cheval est en sueur, on peut soulever le poil avec les doigts en passant les à rebrousse-poil, pour qu'ils sèchent mieux.

      Supprimer
  6. D'accord avec toi. Je trouve ça même parfois très casse-bonbons. En ce moment je m'occupe du cheval d'une amie qui vit au pré toute l'année et le pire c'est que je n'ose pas trop le monter avec un peu de boue sur la croupe et l'encolure vis à vis des autres cavaliers... ça me semble un peu ridicule cet excès d’hygiénisme ;) Excepté pour les pieds car je trouve important de contrôler si tout va bien, notamment au niveau de la fourchette, des paturons...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pas de pied, pas de cheval", ça dit tout! Mieux vaut contrôler en effet. Après, le pansage est aussi une question d'apparence, il "faut" paraitre joli devant les autres, et ce n'est pas vrai que pour les chevaux!

      Supprimer
  7. Booon j'arrive un peu tard x)
    c'est vrai que j'ai toujours pansé mon poney comme on m'a appris pour mon galop 1 sans jamais me demander pourquoi je le faisais...merci de soulever des questions dont les réponses paraissent évidentes et qui ne le sont pas ^^
    Curer les pieds pour enlever tout ce qui pourrait gêner/blesser. ça ne coute pas grand chose et ça me rassure ^^
    après, quand j'avais que dix minutes pour seller au club (*tousse* pansage à la chaine *tousse*) j'utilisais la technique du "je brosse toutes les parties en contact avec le matos" et ça allait très bien ! Disons que le sable coincé entre la peau et la sangle et qui frotte, c'est pas top quoi :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est malheureusement la culture des clubs, on oublie souvent que l'équitation, ce n'est pas seulement être sur le dos du cheval, les à-côtés sont aussi importants. Mais bon, le cheval de club qui a déjà fait 1 ou 2 heures dans la journée devrait être propre, non? Je bien dit "devrait"...

      Supprimer
  8. Vraiment trop bien ton article, j'adore !
    Moi je ne supporte pas de voir ma jument sale hahaha. Je suis grave ! Alors, même en hiver, je la brosse biiiiien partout ! La pauvre :P.

    Pour les pieds c'est pas bête, c'est vrai que moi je le fais machinalement car j'ai appris ça depuis toujours... mais quand j'y pense ça m'a permis de déceler des petits cailloux ou autre... Mais je ne gratte jamais à fond, juste rapidement.

    Et je me souviens d'une fois où, après le cours, le cheval qu'on m'avait confié avait un clou rouillé planté DANS la fourchette... alors je me dis, heureusement que j'avais regardé à ce moment là. Il ne boitait pas car ça n'avait pas touché le nerf, mais imagine si je l'avais laissé !

    Je préconise, pour faire un entre deux, de regarder le dessous des pieds et, si tout va bien, de ne pas curer :).


    Sinon, j'ai reconnu la petite brosse douce, trop fort ! Moi j'ai la haut de gamme avec la lanière en cuir (faux cuir j'imagine) lol ! En fait ça se trouve elle vient de chez Décathlon aussi haha.

    Et j'ai la brosse qui fait briller, avec les longs poils, et je ne me sert QUE de ça (et l'étrille américaine au besoin), c'est vraiment ma brosse préférée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui regarder les pieds, ça ne peut pas faire de mal, au contraire!
      Comment ça elle est pas "haut de gamme" ma brosse!?! Moi, je l'aime bien quand même :-p
      Et c'est vrai qu'elle doit briller Shaheen si tu utilises que la brosse qui fait briller! Elle doit être tout le temps toute propre ;-)

      Supprimer
  9. Si le pansage doit être limité,ce sont les surfaces sous la selle qu'il est important de nettoyer (des poils collés peuvent,de par le frottement,créer des blessures! Un intérêt du pansage qui n'a pas été mentionné:c'est un massage intéresant pour décontracter les muscles et préparer le cheval à ses mouvements. Broser à rebrousse poil un cheval humide de par la sueur est un incontournable classique que tous les cavaliers respectueux de leurs chevaux devraient savoir appliquer ( rebrousser le poil aère le poil et crée un coussin d'air qui favorise les échanges et accélère le séchage. De la même façon,et sur un plan fonctionnel,le pansage permet de nettoyer les pores de la peau,ce qui autorise une respiration cutanée plus importante. Et mieux le cheval respire,mieux il s'oxygène et mieux il se déplace!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces infos complémentaires, c'est très intéressant, notamment l'idée du massage.

      Supprimer
  10. J'adore panser ma jument. Malheureusement, comme tu le dis, faire "briller" son cheval ne sert à rien et peut même être mauvais pour lui lors des saisons froides.
    Du coup, comme ma jument vit au pré à l'année, je ne la panse que rarement en entière, juste sur les endroits où le matériel frotte et passe.

    Cependant, sortir avec un cheval à moitié panser est très mal vue par le monde équestre, alors que le cheval préfère amplement être recouvert d'une petite couche de poussière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, il faut un cheval propre pour faire bonne impression... Mais après, comme tu dis, on peut aussi se faire plaisir en pansant son cheval, juste parce qu'on en a envie!

      Supprimer
  11. Article parfait, je suis d'accord à 100% ! Je partage !

    RépondreSupprimer
  12. Tout à fait d'accord avec toi le pansage est le premier contact qu'on a avec le cheval et à mes yeux il est très important autant pour le cheval que pour le cavalier :).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui très important si les 2 en profitent et vivent vraiment le moment. J'adore ce moment de prise de contact, où on rentre dans un "cocon" avec son cheval.

      Supprimer
  13. Article bien sympa!
    Je me sens moins atypique du coup...j'ai toujours appris à ne PAS curer les pieds quand on part en extérieur pour une seule bonne raison: laisser ce qui est sur la fourchette pour qu'elle soit protégée (certes pas totalement) des différents sols rencontrés dehors.
    ...mais quand on dit ça à d'autres...on passe pour des mauvais cavaliers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, quand on y réfléchit, c'est une bonne idée, mais pas facile de faire changer les idées reçues!

      Supprimer
  14. Mais je suis tellement d'accord avec l'intégralité de cet article !! <3

    RépondreSupprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.