Comment les chevaux m'ont permis de décrocher la lune

"Que nous apportent les animaux?" C'est la question posée par Gaëlle, sur son blog consacré à ses compagnons à plumes, pour la nouvelle édition de la Cavalcade des blogs.

Quand j'ai lu cette question, j'ai d'abord pensé que j'y avais déjà répondu. Je vous ai déjà parlé de la sérénité qu'apporte un galop à cheval, de la saveur de l'instant présent lors d'un voyage à cheval. Et pourtant, je ne parlais là que de ce que peuvent nous apporter les chevaux dans un instantané, ce qu'ils nous donnent lorsque nous sommes avec eux. Mais ce que nous apportent les animaux en général, et les chevaux en particulier, ce n'est pas seulement cela.


Car les chevaux nous apportent bien des choses qui se mesurent dans le temps, des choses encore plus fortes que les moments passés à leurs cotés. Je ne peux pas vous parler des chevaux sans vous parler de mon histoire, de celle que j'étais à celle que je suis aujourd'hui grâce aux chevaux. Alors, aujourd'hui, je vais faire une chose que je fais finalement peu ici: je vais vous parler de moi, et de comment j'en suis arrivée là.

Vous ne le savez peut-être pas, mais j'étais une ado mal dans sa peau. Timide (au point d'avoir du mal à aller acheter des bonbons dans une boulangerie, parce qu'il faut parler à le vendeuse), solitaire, mal à l'aise avec les autres, première de la classe qui en souffre, pas beaucoup d'amis... Bref, l'entrée en quatrième s’annonçait plutôt très mal. Au point où mes parents se sont demandé si je n'allais pas un jour refuser d'aller au collège. 


Les chevaux pour sortir de l'ombre
Alors, ma mère a joué son dernier espoir: elle m'a obligée à faire du sport. Oui, obligée! Elle m'a dit "Ma fille, tu monteras à cheval!" (Oui, enfin en vrai elle parle pas comme ça ma maman, mais c'est l'idée!). Du coup, septembre 2000, me voilà tous les samedis après-midi au centre équestre qui vient juste d'ouvrir à 10 min de chez nous. 3 mois plus tard, je commençais à monter 2 fois par semaine, et on ne m'a plus jamais obligée à monter à cheval. J'étais plutôt du genre à y aller même avec une grippe carabinée (Me faites pas croire qu'un gros rhume va vous arrêter si c'est le jour de votre reprise hebdomadaire!). Et non seulement je suis devenue accro au cheval, mais en plus j'ai réussi mon année scolaire, et toutes les suivantes, sans laisser tomber. Parce que les chevaux m'avaient donné l'envie d'avancer, une passion qui ridiculise tous les problèmes, un bonheur hebdomadaire attendu avec impatience. Ils s'appelaient Swatch, Gazelle, Satan, Cléo, Tara, Kisscool, et même Hune, et ils m'ont apporté bien plus que je ne saurais le dire.

Il est autre chose qui est venu avec cette passion: des amies. Parce que, peut-être l'aurez-vous remarqué, la passion des chevaux dépasse bien des différences. Mettez deux cavalier(e)s ensemble, et ils auront forcément un sujet de conversation: les chevaux nous donnent ainsi la chance de faire de belles rencontres!

De ce jour, les chevaux sont entrés dans ma vie, et, si je m'en suis parfois éloignée, ils ne m'ont plus quittés.

L'un des plus beaux cadeaux de mon adolescence, c'était une demi-pension. Une ponette de club, sans papiers, une alezane à la robe pommelée, une petite jeune qui me faisait un peu peur, jusqu'au jour où on me l'a donnée en concours. Alors un coup de cœur, que je n'explique pas, mais qui dure encore aujourd'hui. Deux années à tes cotés, ma Jas, ma pas aimable, qui m'ont tant appris. Je n'arriverai jamais à quantifier ce que m'a apporté Jasmine.


Jasmine aujourd'hui, 10 ans de plus et les poils blancs autour des yeux

Il y a pourtant une chose que j'ai gagné grâce à elle: la responsabilité. S'occuper d'un cheval, c'est être responsable de lui, de son bien-être, de ses erreurs. Jasmine, c'était beaucoup de bonheur, mais aussi quelques frayeurs. (Si, si, quand vous mettez votre poons en liberté avec un autre, et qu'ils sautent la barrière du manège avant de se faire la malle, en pleine nuit, au grand galop sur la départementale pas éclairée qui passe devant le club, ça fait une sacrée frayeur, et ça t'apprend des trucs!). Cette jument, elle m'a fait grandir, tout simplement...

Et puis, après on devient majeur, on part faire des études, et on monte à cheval de loin en loin. Enfin, ça a duré un temps, aujourd'hui j'ai retrouvé des moments pour monter.

Mais même ainsi, les chevaux n'étaient jamais loin. Ce sont les chevaux qui m'ont offert mes premières vacances en solo. Moi qui avait peur des autres (on se refait pas en un jour!), c'est par une rando à cheval que j'ai pu découvrir le voyage. Et puis une autre, et encore une autre, et un jour les chevaux m'ont menée jusqu'à l'autre bout du monde. Moi, celle qui fut timide, je suis partie randonner en Mongolie avec de parfaits inconnus, sans inquiétude, parce qu'il y avait des chevaux au bout (et parce que c'était un voyage organisé aussi un peu quand même!). Avec les chevaux, je me sens capable d'atteindre la lune.


Un long chemin parcouru au côté des chevaux pour un épanouissement personnel

Il est encore une chose que les chevaux m'ont donné indirectement: l'écriture. Ou plutôt, le partage de l'écriture. Car c'est pour eux et avec eux, d'une certaine façon, que j'ai lancé ce blog. Ils m'ont donné le courage de lancer mes écrits sur le web, de m'exposer, de me révéler un peu plus à vous, chers lecteurs. Il y a un an à peine, je n'aurais jamais cru pouvoir écrire ce texte, et vous parler de ces moments qui furent difficiles dans ma vie. Et pourtant il est là, parce que mon envie de vous parler de mes voyages à cheval a un jour pris le pas sur ma peur de ce que vous pourriez en penser.

Bien sur, il n'y a pas que les chevaux qui m'ont fait avancer dans la vie, mais ils ont contribué à ce que l'ado qui avait peur de la boulangère parte une fois adulte découvrir en confiance les secrets de la brousse sénégalaise (et un peu aussi à ce qu'elle soutienne un doctorat, mais c'est pas le sujet ici...). Et si ce texte peut prouver ne serait-ce qu'à une personne qu'il est possible de dépasser ses peurs, lui donner envie d'oser dans la vie, alors je serais heureuse de l'avoir partagé avec vous.

Les chevaux sont un moteur dans ma vie. Ils m'ont permis de réaliser des choses dont je ne me serais jamais cru capable, presque de décrocher la lune. Ils m'ont appris à oser, ils me donnent confiance en moi, ils me permettent d'avancer et de me réaliser. Les chevaux m'apportent au delà des moments passés à leurs cotés. Les chevaux sont mon équilibre, mes compagnons de liberté: je suis "équi-libre".

Voilà comment les chevaux m'apportent au quotidien, même quand je ne suis pas près d'eux. Voilà comment ils me permettent de me dépasser et d'oser vous parler un peu de moi. Alors, pour cette rentrée de septembre il y a bien des années, et tout ce que j'y ai gagné depuis, j'aimerais dire tout simplement: Merci Maman.

Rendez-vous sur Hellocoton !

28 commentaires:

  1. Quel joli blog et ce joli hommage à cette noble conquête . Je suis moi-même passionnée et mes samedis matins à cheval sont précieux. J'ai sans doute une quinzaine d'année de plus que toi mais la passion des chevaux a toujours été là . Bonne année , je vous découvre via Ma' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je crois que la passion des chevaux n'a pas d'âge, elle nous suit toute la vie !

      Supprimer
  2. woh, magnifique ! j'étais comme toi avant, et avec le recul j'ai réalisé que les chevaux m'ont vraiment aidée sur ce coup là (notamment ma rencontre avec ulla *_*) elle est choupinette la petite Jasmine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Incroyable ce qu'ils peuvent nous offrir sans compter n'est-ce-pas!

      Supprimer
  3. Ma jument aussi s'appelle Jasmine! Elle m'a aussi beaucoup apporté malgré son sale caractère...

    http://joliponey.wordpress.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, ça doit être une caractéristique de ce nom alors, parce "ma" Jasmine est une pas aimable!

      Supprimer
  4. Quelle belle déclaration !!!
    Je ne monte pas mais j'apprécie de plus en plus les chevaux, ces grosses bêtes qui me faisaient un peu peur quand mon fils ainé à demander à faire de l'équitation il y a 8 ans... Il est accro, sa sœur n'est pas en reste... et moi, j'apprécie passer un bout de mes samedis au centre équestre ou des dimanches au bord des carrières, même s'il gèle (c'est dire !) et faire des calins et des papouilles aux poneys et aux chevaux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on fait plein de belles rencontres aussi sur les bords des carrières. Bravo à tes enfants qui te font découvrir ce bel animal!

      Supprimer
  5. Ton texte m'a arraché quelques larmes, parce que de la trouille dans la boulangerie jusqu'au blog, en passant par le collège, c'est moi tout craché, et c'est encore moi aujourd'hui.

    Tous les jours depuis que j'ai Kalinka, je me rends compte que la seule chose qui me motive à affronter mes craintes depuis toute petite, ça a toujours été les chevaux. Malgré ça, ces craintes s'accrochent férocement et j'ai encore beaucoup de mal à les apprivoiser aujourd'hui. Mais ton histoire me donne du courage, car oui, il est possible de dépasser ses peurs, aussi infranchissables puissent-elles paraître. Ca me confirme également que c'est bien grâce aux chevaux que je vais pouvoir grandir et me défaire de mes angoisses. Un grand merci pour ton partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta réponse me touche beaucoup. Oui, il faut croire en soi et dépasser ses peurs, c'est possible. Il y quelques années, je n'aurais pas imaginé parler en public, et pourtant depuis j'ai soutenu une thèse. Accroche toi, et laisse Kalinka te donner sa force!

      Supprimer
  6. Ahlala sacrée boulangère, moi aussi elle m'a terrorisée !

    Aujourd'hui comme pour toute la vie, les chevaux sont ma béquille, mon réconfort. Au pire des tempêtes, être avec un cheval réussi toujours à me calmer. En préparant, je rumine mes problèmes, je les examine, en tête à tête avec moi même, calmée par ma monture. Et une fois en selle, hop c'est rangé dans une case et je savoure juste le bonheur de me sentir légère lorsque je suis portée par mon cheval. Je me donne à fond, et ça m'a appris à faire pareil dans toutes les situations de la vie. L'équitation, c'est une vraie philosophie de vie et une thérapie.


    (Si tu n'as pas lu le livre de Chris Irwin dont je parlais sur mon blog, je te le conseil vraiment, car c'est de ça dont il parle!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre boulangère quand même, elle ne sait pas combien de personnes elle a effrayé. Moi aussi, quand je suis à cheval, je me sens dans ma bulle.
      Pour le livre, j'avoue que je n'ai pas encore prévu de le lire, parce que j'en ai déjà d'autres en tête. Je crois qu'il va falloir que je me crée une liste!

      Supprimer
  7. Validation sans conteste de ce magnifique écrit (comme d'hab !), si véridique... car bah oui, t'es pas la seule qui avait peur d'aller adresser la parole à la boulangère... Le chemin parcouru fut long aussi pour moi, et les chevaux m'ont considérablement aidés dans ce sens, c'est certain.
    Merci de ton partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gaëlle. Comme quoi, finalement, les chevaux ont aidé beaucoup d'entre nous à avancer dans la vie!

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup le cheval mais j'ai eu quelques soucis avec eux (dont une rando durant laquelle j'ai frisé l'insolation). Néanmoins, j'ai plaisir à remonter parfois :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, les chevaux peuvent apporter beaucoup, mais ils ne sont pas toujours faciles à apprivoiser, c'est sûr!

      Supprimer
  9. Joli récit, comme d'habitude.
    Moi quand j'étais petite je rêvais de faire du cheval, mais bon mes parents étaient moins d'accord. Cette envie c'est peu à peu perdue au fil des années. Du coup c'est sur le tard que je m'y suis mise, à une période difficile de ma vie. Au début pour m'obliger à sortir de chez moi, puis pour le réconfort. Maintenant je découvre petit à petit ce que peuvent nous apporter les chevaux et c'est avec plaisir que j'espère en découvrir plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce n'est que le début. Je suis désolée de te le dire, mais c'est fichu, le virus des chevaux ne se soigne pas :-)

      Supprimer
  10. Eh bien, je ne pensais pas que tant de personnes avaient peur d'adresser la parole à leur boulangère !
    Quand je lis ça, je me rends compte que j'étais plus asociale que timide en fait (nuance^^ !). Je n'allais jamais vers les autres, toujours la dernière à rester seule quand il fallait constituer des équipes... Je détestais mes camarades de classe, et n'avait aucune envie de faire un pas dans leur direction. Alors la souffrance scolaire... Je connais bien. Une fois une étiquette collée sur le dos, c'est foutu.
    Et oui, les chevaux m'ont aidé, mais ce sont surtout mes amies ( et le changement d'établissement scolaire) qui m'ont "ouvert" et petit à petit "guérie" .Vive le lycée et la fac, et à bas le primaire et le collège...

    Tu as beaucoup évoluée (et en bien) depuis ce temps, comme d'autres blogueuses/lectrices j'en ai aussi l'impression. Tant mieux ! Grâce à ta mère et aux chevaux. Comme quoi, le bonheur se trouve dans les choses simples. Des présences. Des mots. Des regards.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, les chevaux ne sont pas le seul élément qui m'a permis d'avancer, mais pour moi ils ont été à la fois une "soupape de sécurité" et une porte vers les autres. Et bien sûr les rencontres humaines sont essentielles dans notre chemin personnel!

      Supprimer
  11. Très émue par ton billet et ton histoire que je découvre aujourd'hui.Plein de bisous <3

    RépondreSupprimer
  12. Quand je relis ton histoire vécue à tes côtés, les larmes me montent aux yeux et les angoisses de la maman pour sa fille en détresse s'envolent. Et je sais aujourd'hui que les chevaux te suivront toute ta vie. Bisous de ta maman et merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, les chevaux sont bien partis pour être une belle part de ma vie <3 <3 <3 Bisous
      (PS: je crois que j'ai oublié de me déconnecter la dernière fois que j'ai utilisé ton ordinateur...)

      Supprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.