6 étapes pour bien préparer sa randonnée équestre à l'étranger

Il y a peu, Marylou, de la Crinière Blonde m'a demandé quel a été mon plus grand défi équestre pour la nouvelle édition de la Cavalcade des blogs. Voyager à cheval dans un pays lointain, voilà ce qu'elle imaginait comme un défi que j'ai relevé. Pourtant, j'ai alors réalisé que le voyage en soi, ce n'est pas pour moi un défi, mais plutôt un accomplissement et un épanouissement. Le vrai défi, c'est la préparation du voyage! Explications.

Étape 1: Se lancer


Alors forcément, il faut commencer par vouloir partir en rando à cheval, et avoir l'envie un peu folle de découvrir l'autre bout du monde sur le dos d'un cheval. Je crois que là est l'étape la plus difficile d'un tel défi: Oser. Oser décider de partir, oser choisir sa destination, oser réserver son voyage. C'est au moment où on envoie les documents pour la réservation et l’acompte que tout commence.

Étape 2 : Formalités administratives



Enfin presque. Il est une formalité qu'il vaut mieux avoir prévue à l'avance: le passeport. Il est en effet nécessaire de fournir le numéro de votre passeport pour pouvoir réserver vos billets d'avion. Prévoyez donc de le faire à l'avance, les délais de préparation du passeport peuvent être d'un à deux mois.

Pour avoir un passeport, il vous faudra une jolie photo d'identité aux normes. (Vous savez, une de celles où il ne faut pas sourire et sur lesquelles on a tous une tête à faire peur?) Ensuite, pour payer le passeport, il faut des timbres fiscaux. Ce qui est top, c'est que les timbres fiscaux ne sont pas vendus là où vous faites faire votre passeport. (Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?) Je me souviens bien d'avoir cherché un certain temps le seul bureau de tabac dans ma ville qui vendait ces fameux timbres! Bon, l'avantage, c'est qu'il est valable 10 ans, donc une fois en possession du fameux sésame, on est tranquille pour un certain temps.

Enfin tranquille... Sauf si vous choisissez un pays qui demande un visa bien sûr! Voilà une partie du défi que j'ai relevé pour partir en Mongolie. Seule l'ambassade située à Boulogne-Billancourt délivrait les visas. Comme j'habitais près de Paris, je suis allée moi-même faire ma demande de visa. Une fois l'ambassade trouvée, face à une magnifique façade, j'ai découvert que je devais entrer dans une petite guérite avec un accès sur le côté du lieu. Drôle d'endroit un peu austère, avec  quelques cartes du pays aux couleurs passées et personne d'autre que moi dans la pièce, un guichet complètement fermé face à moi. Après un temps d'attente indéfinissable, une personne arrive de l'autre côté des vitres et prend mes papiers. Ouf! Après 3 semaines, j'ai pu récupérer mon passeport et son précieux visa. Heureusement, pour les chanceux qui veulent partir en Mongolie, depuis 2014, le visa n'est plus nécessaire pour les ressortissants français.

N'oubliez pas avant de partir de vérifier les modalités de votre assurance, ou bien prenez celle proposée par votre agence de voyage. Pensez aussi à vous renseigner avant de partir sur la situation de votre pays de destination, sur le site du gouvernement France Diplomatie, c'est facile et utile.


Étape 3: Je veux pas être malade!


Autres renseignements à prendre longtemps à l'avance: les informations sur les maladies qui peuvent sévir dans votre pays de destination. Là encore, RDV sur le site France Diplomatie, ou sur le site spécialisé de l'Institut Pasteur. Pour la Mongolie, c'était bien, et rassurant pour un premier voyage il n'y a pas de grosse maladie qui fait peur là-bas, même si il faut bien sûr être à jour dans ses vaccins et en bonne santé générale du fait du fort isolement de certaines régions. Par contre, pour le Sénégal, c'est le moment où mon envie de partir a été le plus mise à l'épreuve.

Déjà, malheureusement, le Sénégal fait partie des pays où sévit le paludisme. Donc c'est traitement anti-palu obligatoire, plus anti-moustiques à gogo sur soi et sur les vêtements. Vous le sentez le stress qui monte, là? Et c'est pas fini! Vaccin fièvre jaune recommandé, à faire dans un centre spécialisé. Je rencontre donc un médecin lors de cette vaccination à l'Institut Pasteur. Là, on m'explique que la rage est active dans le pays, donc si je me fais mordre par un animal (n'importe lequel, même un cheval), il faut que je me rende immédiatement au centre anti-rabique le plus proche! Je dois avouer que ce fut là mon plus gros moment de doute, heureusement que le voyage était déjà réservé!


Étape 4: Et avec tout ça, je m'habille comment?


Et maintenant, il faut la remplir!

Une fois ces premières étapes relevées avec brio, je passe à un autre souci: "j'ai rien à me mettre!" Ou plutôt, que dois-je prendre pour m'habiller? Là, c'est étude des conditions météo obligatoire pour trouver le matériel équestre adéquat. Manches longues et lunettes de soleil très larges pour une protection optimale pour les pays où le soleil est puissant, vêtements chauds pour les pays froids. Sachant que la Mongolie est un pays où l'on peut vivre les quatre saisons en un seule journée, imaginez le casse-tête!

J'ai quand même trouvé quelques solutions bien sympa, comme les Rainlegs, pour les moments où la pluie menace tout en restant imprévisible.


Étape 5: Les valises


Une fois qu'on a craqué sur plein d'équipement équestre pour sa prochaine randonnée, il faut faire les valises. Et là, c'est le drame: le poids dans les avions est limité, donc il faut choisir ce que j'emporte! Pas facile de faire une sélection.

Et après, encore faut-il réussir à fermer la valise... Garder sa bombe dans un petit sac accroché à son sac cabine, c'est finalement une bonne technique: ça permet de repérer les autres cavaliers dès l'aéroport! Bon par contre, si on vous demande ce que contient votre sac, dites que c'est un casque, ça vous évitera d'affoler tout le monde!


Étape 6: L'aéroport, le début du voyage


http://www.cavalierre.fr/search/label/Je%20dis%20voyage...


Dernière étape de la préparation du voyage, se rendre à l'aéroport. Là aussi, mieux vaut prévoir à l'avance, surtout si vous n'avez pas de transports en commun jusqu'à celui-ci. Personnellement, je suis du genre à arriver super en avance parce que je stresse d'avoir un problème de transport.

Et enfin, le défi de la préparation va pouvoir se terminer. Reste encore à trouver ceux qui vont partager la randonnée avec moi, grâce aux formes bizarres que peut faire le matériel équestre dans leurs sacs.

Voilà un nouveau défi équestre de relevé, il ne reste alors plus qu'à savourer l'instant et se laisser porter par le voyage, et les chevaux.


Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. Ah, les préparatifs du voyage, ça me rappelle des souvenirs. Je suis du genre stressée, alors il faut systématiquement que je fasse une check liste sinon j'en oublie la moitié, une fois j'ai du revenir précipitamment chez moi car j'avais oublié ma veste de pluie (que je venais d'acheter exprès). En fait c'est un peu déjà le début de l'aventure ^^

    RépondreSupprimer
  2. C'est le parcours du combattant pour la paperasse, les infos à récolter, les vaccins et tout ça ! ^^
    Mais j'imagine que le jeu en vaut la chandelle ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Super bien rebondi sur ma question ! ^^

    Je crois que le plus dur c'est effectivement l'étape "oser"... Surtout si on part seule, chose que justement, je n'ai encore jamais fait. Et puis les étapes administratives, comme toujours le plus long et barbant...

    C'est bien cet article, ça fait une petite check-list pour le jour où je me déciderais à partir ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Ah, voici quelque chose qui va m'être utile pour mon périple italien ;) !

    RépondreSupprimer
  5. Ahah moi aussi j'arrive super à l'avance dans les aéroports !
    J'aime bien ton article, au moins avec ça, on est sûr de ne rien oublier ! Merci !!

    RépondreSupprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.