Partir seul en balade à cheval en 3 conseils

Partir seule en balade à cheval, 10 ans que je ne l'avais pas fait. Alors quand on m'a proposé de monter un peu une jument en extérieur, vous pensez bien que je n'ai pas pu refuser! Et c'est un vrai bonheur, ce tête à tête en extérieur avec un cheval.

Tête à tête équestre

Mais quand même, ce n'est pas la même chose que de se laisser guider par une personne expérimentée. Voici 3 points-clés qui me semblent importants pour apprécier une balade en (presque) solitaire à cheval.


1) Anticiper

Une sortir en extérieur, ça me s'improvise pas. Il faut un minimum de préparation. Préparation matérielle d'abord, car il est essentiel d'avoir son téléphone sur soi, au cas où (avec un sac-ceinture par exemple).

Mais aussi anticiper d'une part en se renseignant. Savoir où on veut aller, repérer les chemins. Google Maps, c'est super pratique pour repérer les cul-de-sac (dixit la fille qui a fait plusieurs fois demi-tour en balade...), mais le mieux, c'est d'y aller pour connaitre la nature des chemins. Ben oui, si c'est que de la caillasse, tu risques de ne pas t'amuser beaucoup, et ton cheval non plus. C'est pas mal aussi de savoir si tu vas croiser des passages à niveaux, des ponts, des autoroutes (oui, chez moi, tu peux avoir tout ça plusieurs fois en 2 heures de balade).

J'aime pas les passages à niveau!

Anticiper par ailleurs en apprenant à connaître ton cheval, son comportement et ses peurs. Savoir s'il a peur des voies ferrées, des ponts, des vaches... (Si, si, c'est possible, la jument que j'ai montée a peur des étables avec les vaches qui meuglent ou bougent dedans!) Je te conseille de partir d'abord avec un autre cavalier pour apprendre à connaitre ses réactions, et aussi savoir quand lui faire confiance.

Une super jument qui n'a pas peur sur le pont de l'autoroute


2) Être attentif


Une fois parti en balade, il est important de rester toujours attentif. Autant en rando organisée tu peux compter sur le guide et les autres cavaliers pour te prévenir d'un danger, autant quand t'es tout seul ben... t'es tout seul quoi! Alors le coup de téléphone pour raconter ta vie à ta meilleure amie, ça attendra la fin de ta balade.

Il est important d'abord d'être attentif à l'environnement, pour pouvoir anticiper les réactions de ton cheval. Repasser au pas quand un motard déboule face à toi par exemple, ou repérer les oiseaux qui se planquent dans les fourrés pour décoller juste au moment où tu passes (à croire qu'ils le font exprès les piafs!).

 
Un pré avec des chevaux: attention aux réactions!


Écouter son cheval aussi, être attentif à son comportement. C'est toujours vrai dans toutes nos relations avec les chevaux, mais cela devient encore plus important en extérieur où les conséquences peuvent être encore plus graves. Sentir quand un cheval est inquiet ou détendu pour savoir si on peut lui demander de passer un obstacle effrayant, et d'ailleurs aussi reconnaitre quand il est effrayé. Être attentif aussi à sa fatigue et à ses besoins pour adapter son parcours. J'ai par exemple monté une jument pieds-nus. Entre sa tendance à aller chercher les bordures de chemin et ses ralentissements dès qu'on quitte l'herbe, j'ai vite compris qu'elle est très sensible des sabots et qu'il vaut mieux prévoir un parcours avec le plus d'herbe possible.

Le chemin qui fait mal aux pieds

3) Profiter

Quand on a réuni toutes les conditions pour que tout se passe bien, l'essentiel est de profiter. Pas besoin de vous expliquer ça, je pense! Voilà plutôt mes souvenirs d'une chouette balade.

Tête à tête et corps à corps, mission centaure. Deux attentions dans la même direction. D'abord traverser le village, entre les maisons, sur le goudron, le calme de l'après-midi et les tondeuses à gazon. Se perdre, un peu, avant de trouver notre chemin. La voie ferrée, première épreuve à surmonter, et si vite passée. Elle et moi, moi et elle, nous dans la plaine. Explorer les chemins, découvrir notre chemin. Une destination, des envies. 

Lignes droites dans la plaine

Chemins de cailloux qui piquent les pieds, à éviter. Plaisir de l'herbe sur les bords de chemins, pour les pieds et les dents. La joie de galoper pour la première fois sur les sentiers de mon enfance. Allée ombragée dans les bois. Jument curieuse, redécouvrir les lieux avec son regard. Une cabane sous les sapins. Le regard qui porte au loin dans les champs. Des allures à l'aune de mon humeur, juste écouter nos envies. Les galops quand l'herbe est tendre, et trotter pas si loin des voitures, des camions.

Allée forestière

Aller à cheval saluer ma grand-mère, voir son plaisir de caresser un cheval. C'est ainsi voyager chez soi.

Quatre sabots qui résonnent sous un pont, un seul son. L'odeur de nos sueurs mêlées sous le soleil. Une seule ombre. Le silence de la plaine, à nous seule confiée. Le bleu du ciel strié de blanc par les coups de pinceaux hésitants d'un peintre débutant. L'air qui devient vent dans la vitesse de notre élan. Le corps qui change de rythme pour s'accorder au sien, un souffle de liberté et de sérénité. Du haut du pont, le regard qui porte sur le lointain. Une compagnie de perdrix qui s'envole dans un claquement d'ailes, des chevreuils dans un champ. Ce calme qui s'empare de moi, marcher simplement et être là, pour profiter.


Derniers galops pour déverser notre énergie, et puis déjà retour à l'écurie pour notre repos du soir. Ce qui reste alors, simplement une fatigue sereine. Une promenade partagée, des instants dont j'ai profité.

Anticiper, être attentif et profiter, voilà pour moi les ingrédients d'une promenade équestre réussie!

Et vous, quels sont vos conseils pour partir seul(e) en balade à cheval?



Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. Tu te doutes que je ne commente pas pour donner un conseil^^ mais juste pour te dire que j'ai apprécié cette chouette balade avec vous 2. On repart quand tu veux ;) A moins que la prochaine ne soit en Suisse. Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cool! J'avoue que je ne sais pas quand on repart, vu que je ne sais pas quand j'aurai accès à Internet en Suisse! Mais je vais essayer de vous préparer des articles avant de partir.
      Et si jamais la pluie s'arrête, c'est bien possible que je reparte en balade avant de partir en Suisse début octobre :-)

      Supprimer
  2. Te serais-tu baladée par chez moi ? Passages à niveaux, ponts et autoroute sont mon quotidien avec Kalinka. Heureusement qu'elle est passe partout comme la jument qui t'a accompagnée pendant cette balade :).

    J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la deuxième partie de ton article, avec ce florilège de sensations, c'est comme si j'étais en balade sur le dos de ma Kalinka :). On sent que tu t'es régalée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que je suis un peu plus à l'ouest que chez toi! Mais bizarrement ce sont des choses qu'on retrouve un peu partout.
      Et oui, je me suis régalée, j'attends le soleil pour y retourner :-)

      Supprimer
  3. Tu viens de nous offrir une belle balade en plus de conseils avisés. Je n'ai pas assez d'expérience pour m'aventurer seule avec un cheval. Mais j'aime la liberté qu'une promenade procure. Il y a fusion cavalier / cheval qui est difficile à décrire. On ne peut que le vivre.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il faut un peu d'expérience pour partir seul, mais déjà en groupe c'est magique! Bises

      Supprimer
  4. Moi qui ait eu de nombreuses mauvaises expériences de balade en club, depuis que j'ai ma DP je sors toujours seule ! Plus de 3 ans de vadrouilles en solitaire et mon plus grand plaisir et d'essayer de découvrir de nouveaux chemins ! :)

    La première fois, c'est assez stressant mais petit à petit, quand on connait son cheval et que certains automatismes viennent (surveiller le sol, être attentif à la météo [oui se faire surprendre par un nuage de pluie quand tu es à 30min des écuries, ça laisse des souvenirs !] et à l'environnement), c'est un vrai régal ! ça permet de se vider la tête et de se reposer dans le silence de la nature... Et puis c'est une bonne façon de se rapprocher de son cheval en s'offrant des moments de folie ou de détente à deux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui c'est top. Enfin je me souviens de mes premières balades avec ma DP il y a "quelques" années, et ce n'était pas aussi simple qu'avec la jument que j'ai monté cette semaine. Raison pour laquelle j'aime pas les voies ferrées, on n'arrivait pas facilement à les traverser.
      Maus comme tu dis, une fois que tu as les bons réflexes, tu profites encore plus!

      Supprimer
  5. Les balades en duo et en solo me manquaient déjà pas mal mais après la lecture de ton récit ... elles me manquent encore plus! C'est toujours un plaisir de te lire.
    ça m'a fait repenser à une de mes balades en Catalogne espagnole quand je me suis retrouvée encerclée par des moutons!! C'était fun ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clotilde. Mais euh, encerclée par des moutons, c'est "fun"? Bon, je crois que j'ai trouvé quelqu'un d'aussi folle que moi à cheval ;-)

      Supprimer
  6. Depuis plus de 7 mois maintenant je sors seule en balade... Et j'adore !! Par-dessus tout, j'aime prendre de nouveaux chemins complètement au hasard... Ne pas savoir où je vais exactement, c'est grisant ! Même si Presto n'aime pas toujours l'inconnu, il finit toujours par suivre sa folle cavalière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ok j'avoue, des fois aussi je pars sans savoir où je vais. Mais quand j'arrive face à l'autoroute et que y'a plus de chemin, je suis déçue. Faut dire que la région n'est pas la meilleure pour les balades à cheval.
      Il est sympa dis donc le Presto, c'est chouette :-)

      Supprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.