Quelles vacances pour nos chevaux?

Donner des vacances à nos chevaux? Une idée bien tentante quand on sait à quel point nous même apprécions nos vacances. Pourtant, est-ce vraiment une bonne idée? Pour la nouvelle édition de la Cavalcade des blogs, Julie, du blog Carnet d'une cavalière, nous invite à raconter les vacances et la rentrée de nos équidés.


Il est vrai que j'ai plus tendance à faire travailler les chevaux pendant mes propres vacances, puisque c'est alors que je pars randonner sur leur dos, mais je me suis tout de même interrogée sur ce que représentent les vacances pour nos amis à 4 sabots.

Commençons par le commencement: une petite définition.
Vacances: Période plus ou moins longue pendant laquelle une personne cesse toute activité professionnelle pour se reposer, se détendre (source: CNRTL)

Autrement dit, pour nous humains, des vacances, c'est un changement dans notre rythme quotidien et une pause dans nos activités. Un changement qui pour nous rime avec diminution du stress. Mais les chevaux, eux, sont très sensibles aux changements. Alors un changement brutal dans leurs habitudes, c'est, à l'inverse de nous, plus une source de stress que de détente.

Un changement d'environnement stressant


Les vacances de nos chevaux sont souvent synonymes de mise au pré pour l'été. Donc une accumulation de sources de stress: transport + changement d'environnement. D'ailleurs, moi aussi, quand je prends l'avion pour une destination inconnue, je stresse. Et à l'arrivée, la découverte d'un autre pays, d'une autre culture peut parfois être très troublante. Alors pour un cheval, qui en plus ne sait pas à l'avance ce qui va lui arriver, le départ en vacances n'est pas vraiment reposant!

Un nouvel environnement, même pour des vacances, peut être source de stress pour un cheval

Ensuite, ce changement d'environnement s'accompagne d'une modification radicale du régime alimentaire: de 3 repas de granulés par jour à l'herbe à volonté. Une modification brutale qui peut affecter leur digestion et peut parfois être source de coliques.

Heureusement, il est possible d'atténuer son stress en lui laissant des repères familiers. A commencer bien sûr par la présence de son humain référent, en qui il a confiance et qui pourra le rassurer. Mais aussi par exemple en le mettant au pré avec ses copains d'écurie.

Avec un copain, on a moins peur des gens bizarres dans notre pré

Sachant que ce changement ne sera que provisoire, que le retour à l'écurie imposera une répétition de ces sources de stress, il convient de s'interroger sur la nécessité de l'imposer à notre cheval. Que va-t-il y gagner? Est-ce ainsi que l'on conçoit des vacances?

Évidemment, cette question ne se pose pas pour les chevaux qui vivent au pré toute l'année. Mais les vacances, c'est aussi une mise au repos.


Une pause dans le travail du cheval


Les vacances, c'est fait pour se reposer, tout le monde sait ça. Donc, si on met son cheval en vacances, on arrête de le faire travailler. Pfiou, d'un seul coup, comme ça, plus d'exercices d'assouplissement, plus de travail sur l'endurance, plus d'entretien de la musculation. Encore un changement de rythme pas forcément évident à comprendre pour le cheval.

De plus, qui dit arrêt du travail, dit perte de masse musculaire, d'autant plus s'il est associé à un changement d'alimentation. Tout un travail qu'il faudra reprendre en douceur à la fin des vacances du cheval pour le remettre en forme.


Les vacances, c'est faire ce qu'on aime


Plutôt que d'imposer des changements parfois stressants au cheval sous prétexte de vacances, qui en sont souvent plus pour nous que pour lui, il serait intéressant de s'interroger sur ce que peuvent être des vacances pour lui. Et là, je crois que le plus important dans notre définition des vacances, c'est de faire ce que l'on aime.

Les vacances, c'est la liberté! Et ça, votre cheval le comprend très bien. Vous pourriez par exemple lui offrir des moments de liberté, au paddock ou au pré, si possible avec des copains pour s'amuser. Passer la nuit au pré et rentrer dans la fraicheur des écuries le matin pour se reposer dans un endroit rassurant. En voilà des vacances sympa et pas stressantes.
 

Mais aussi penser à lui proposer de petites choses nouvelles pour améliorer son quotidien. De petits changements plus enrichissants que stressants. Des exercices qu'il ne connait pas pour changer de la routine et éveiller sa curiosité par exemple. Travailler à pied tous les deux plutôt que de répéter vos exercices de dressage habituels. Et pourquoi pas vous offrir de petites balades dans des chemins inconnus?

Vous pouvez aussi choisir d'ajouter des nouveautés dans son environnement. Des jouets, un ballon, une bouteille par exemple. Vous pourriez aussi lui construire un grattoir avec quelques brosses accrochées au mur de son box, il devrait adorer s'y frotter!

Ainsi, les vacances, c'est un bon moment pour offrir à votre cheval des moments de détente et des nouveautés qui pourront se prolonger toute l'année.


Pour résumer, pour offrir de belles vacances à votre cheval, songez d'abord à ce qui sera source de détente pour lui. À vous ensuite de composer avec vos propres vacances et disponibilités pour faire en sorte que ces vacances soient reposantes pour vous deux! 

Et vous, comment concevez-vous les vacances de votre cheval? 



Quelques sources:

http://www.leperon.fr/Cheval-de-A-a-Z/Sante/Les-consequences-des-changements-d-environnement
http://www.cheval-savoir.com/318-reprise-du-travail-cheval
http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/maladies/maladies-non-infectieuses/origines-des-coliques.html
http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/comportement-ethologie/cheval-et-vie-domestique/le-bien-etre-du-cheval.html  

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Juste une notion qui me dérange... profiter de moment liberté avec des congénères au paddock ou au pré ne devrait pas être une récompense ou des vacances mais le quotidien de tout cheval. Si ce n'est pas le cas c'est peut-être là dessus aussi qu'il faudrait méditer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet, je pense que le cheval a besoin d'un minimum de liberté au quotidien, si possible au pré ou au paddock avec d'autres chevaux. Mais c'est aussi vrai que ce n'est souvent pas le cas.

      Supprimer
  2. Article très intéressant !

    Pratiquant l'endurance, pour moi la notion de "vacances" est super importante car elle est également synonyme de période de récupération. En effet, dans cette discipline il existe une règle et ce, quelque soit la distance courue : après une course, le cheval a le droit à une période de off totale qui induit, comme tu le précises, un changement d'alimentation et une perte de masse musculaire. J'ai de la chance avec ma PS : elle s'habitue très bien à cette période puisque son lieu de vacation ne change pas : elle est au pré toute la journée avec ses copains habituels... la seule différence, c'est qu'elle ne travaille pas que ce soit à pied ou monté. Niveau alimentation, je conserve le foin à volonté et un apport en céréale (orge aplatie) par contre, je supprime la nourriture spécifique au cheval d'endurance. Alors oui, elle perd de la masse musculaire mais en échange, elle revient de cette période regonflée à bloc mentalement. Enfin, concernant le changement d'habitude, je pense que cela dépend du cheval, de son caractère et aussi de l'habitude de "bouger" dans des lieux différents. Sur ce point là aussi, je m'estime chanceuse : étant réformée des courses, Mini-Morue n'a aucun mal à s'habituer à un lieu. En Mai, nous avons eu la chance d'aller à la plage. Pour profiter complètement de l'air marin, je voulais qu'elle soit au pré H24 (pré avec vue sur mer... stp!). En toute honnêteté, je me suis demandée comment j'allais la retrouver. Bah elle était tellement contente d'être au pré avec des copain de l'autre côté des clôtures, que mon mari m'était une plombe à la récupérer tous les matins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je découvre bien des choses que je ne connais pas sur l'endurance, c'est très intéressant! En fait, ta jument est comme les marathoniens :-)
      Et tu montrés bien une chose, c'est que chaque cheval est différent, et qu'au final l'important est de s'adapter à lui :-)

      Supprimer
  3. Bien dit ! Au final, des vacances pour nos loulous seraient simplement une pause dans le travail et plus de diversité (jeux, brooting, calins) sans pour autant avoir à le changer d'endroit ! Enfin dans mon cas, mon cheval vit au pré à l'année et c'est assez les vacances pour lui ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça le pré, quand c'est possible c'est quand même top! Surtout avec plein d'exercices diversifiés bons pour le moral! :-)

      Supprimer
  4. Presto vient lui aussi de passer en mode H24 au pré (y compris cet hiver), donc ça va être cool pour lui tte l'année maintenant :). Même si du coup j'hérite d'un nounours boueux ^^...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pré: un peu des vacances pour le cheval, mais plus de boulot pour le cavalier! :-P

      Supprimer
  5. Très bien cet article !

    Je suis d'accord pour la cessation d'activité: je pense que ça fait pas de mal de continuer à entretenir un peu la musculature et le souffle avec des balades, une petite longe, des jeux à pied... Et rien n'empêche d'aménager la transition: quelques semaines avant la mise au pré, commencer à réduire les rations, augmenter les sorties à l'herbe etc. Quant au stress, comme Sophie l'a dit, ça dépend de chaque cheval.

    Je vois beaucoup de proprios autour de moi qui mettent du jour au lendemain leur chevaux au pré intégral (alors qu'ils vivent au box à l'année) pour un mois ou plus... Et tous les équidés ont l'air plutôt satisfaits et pas de problèmes de santé à déplorer. Comme quoi.
    Après il suffit de s'adapter pour la reprise, de garder à l'esprit que son cheval a passé un mois à ne rien faire et qu'il va falloir le remettre en forme en douceur.

    Dans tous les cas, pour moi les vacances peut importe leur forme, ça doit être obligatoire pour laisser au cheval ET au cavalier le temps de se détendre et de se rebooster pour l'année à venir. Ma DP les années précédentes n'a pas eu de semaines sans travail, mais l'été c'est relâchement avec balades à gogo, des jeux, rien qui ne prenne la tête ou demande un gros effort :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la capacité d'adaptation des chevaux à ces changements parfois brutaux m'étonne toujours!
      Et oui, des vacances aussi pour le cavalier c'est important, ça permet de retrouver le plaisir du lien avec son cheval :-)

      Supprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.