Comment me mettre à cheval en préservant ma monture?

Savez-vous monter à cheval? Vous savez, cette étape cruciale du montoir où vous passez de piéton à cavalier?

Sinon, la FFE vous apprend à le faire. À toi et à des enfants de 10 ans.



Je dois vous avouer que ce tweet, et le lien associé, ne m'ont pas convaincue du tout. Même si ça part d'un bon sentiment, j'ai l'impression que tout est fait à l'envers. Et c'est pourtant très représentatif de ce qu'on apprend aujourd'hui dans nos clubs.

D'abord, reprenons la photo partagée par la FFE:


Source : compte Twitter @FFEquitation

Je voudrais souligner trois points que je remarque sur cette photo:

  • D'abord, la main droite est posée sur le pommeau. J'ai personnellement toujours utilisé ma main droite sur le troussequin (si je monte à gauche évidemment) pour pouvoir m'aider à me mettre à cheval. Sur le pommeau, je ne vois pas comment éviter de se retrouver avec un bras coincé sous le ventre à un moment donné. Vous faites comment vous?

  • Ensuite, l'absence de montoir. S'il n'est pas obligatoire, il est un effort très simple qui apporte un grand confort à long terme à nos chevaux. Les différentes vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux qui comparent avec et sans montoir montrent à quel point les muscles du dos sont sollicités et comme ce moment peut être douloureux pour le cheval. Alors pourquoi, chère FFE, avec l'influence que tu peux avoir sur les jeunes cavaliers, ne prends-tu pas le temps de montrer l'exemple? Un simple "Pense à utiliser à montoir, ça permet à ton poney de ne pas avoir mal au dos" aurait suffi. (Cherchez pas, même dans le texte en lien c'est pas marqué, y'a seulement "si tu utilises un montoir".)

  • Enfin, et surtout, le cheval en photo montre des signes d'inconfort évidents. Lèvres retroussées, oreilles légèrement en arrière, queue qui fouaille. Le tout associé bien sûr à des rênes tenues très courtes pour empêcher toute fuite. Est-ce vraiment là le bon exemple que nous voulons donner à des jeunes?

Chère FFE, je suis franchement déçue. J'attends de toi que tu montres l'exemple, pas que tu continues à transmettre nos vieilles mauvaises habitudes sans réfléchir. Tu es si souvent le premier contact qu'ont nos jeunes cavaliers avec le monde équestre, que c'est à toi de leur apprendre à respecter les chevaux et leur intégrité, dès le début et même dans les plus petits détails. 


Et sinon, on fait comment pour se mettre correctement à cheval?

  • Le montoir, déjà, est à utiliser autant que possible. Vous pourrez ainsi vous amusez à apprendre à votre cheval à venir se garer devant vous pour monter plus facilement. Et préserver son dos et donc son potentiel sportif (et votre portefeuille en évitant les séances d'ostéo! #Astuce).

  • Autre point important: l'immobilité sans contraintes. L'immobilité ne doit pas être imposée au cheval, elle doit lui être apprise. S'il fuit, il faut s'interroger si c'est juste parce que c'est la solution la plus simple pour lui, une habitude, ou s'il tente d'échapper ainsi à une douleur.

  • Et donc on monte en douceur, avec un cheval arrêté calmement, rênes longues. Et on prend le temps de lui apprendre que rester immobile au montoir, c'est la meilleure solution pour tous les deux.

  • Si possible, mettre le pied dans le deuxième étrier avant de s'assoir en douceur bien à sa place sur la selle (sisi, on vous a vus, les feignants qui se posent comme des gros patapoufs #JeLaiFaitAussi)


Bref, pour préserver le moral et le physique du cheval, on pratique un montoir qui minimise les contraintes qui lui sont imposées, et on apprend aux futurs petits cavaliers à monter efficacement.


Et vous, quelles sont vos astuces pour un montoir serein et efficace?


Et si vous voulez un peu de lecture argumentée sur le sujet, voici un article de Véronique de Saint Vaulry : http://saint-vaulry.pagesperso-orange.fr/pages/articles21.htm  Oui FFE, tu peux le lire aussi, c'est très intéressant ;-)



Rendez-vous sur Hellocoton !

17 commentaires:

  1. Tu as eu raison de remettre en question cette photo. Le montoir, ça s'apprend, et surtout de manière à préserver le dos de notre cheval comme tu le dis.

    Kalinka a appris à venir se garer devant notre montoir habituel. Elle a aussi appris l'immobilité, pour les fois où je n'ai pas de montoir à disposition. Du coup je m'interroge si elle avance au moment du montoir.

    Très bon article, les bonnes choses ne sont jamais assez répétées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop bien ça le parking, faut que je l'apprenne à Jas. Mais déjà on a avancé sur l'immobilité.

      Merci :-D

      Supprimer
  2. et on se met dans le même sens que le cheval car là bonjour la pointe de pied dans les côtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais pas osé en remettre une couche en disant ça aussi, merci de le faire pour moi ;-)

      Supprimer
  3. J'ai adopté mon marche-pied depuis 2 ans. Hyper confortable pour la jument et pour moi. Seul problème.... quand je suis en extérieur... il n'est pas avec moi :-) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr que mieux vaut être capable de s'en passer ;-) Moi j'ai de la chance dans ces cas-là, j'ai opté pour une monture de petite taille!

      Supprimer
  4. Le montoir...
    Sacrée question ! J'ai mon tout jeune Djazz à qui ce moment fait très peur ... alors ajouté au flip de poser un objet non identifié à côté de ses pattes... c'est compliqué ! On a d'avoir appris le montoir sans montoir... et maintenant qu'il est bien, on introduit petit à petit un plot pour monter,d'abord pas très haut (ca fait très peur quand maman est grande), puis on verra pour un plus haut !
    Très bonnes remarques en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu fais bien de rappeler que c'est un apprentissage pour le cheval, et qu'il faut prendre le temps de le rassurer. Le calme au montoir ne s'obtient pas forcément en un jour, mais tu prends le temps nécessaire pour qu'il apprenne sereinement, c'est chouette!

      Supprimer
  5. Très bonne remarque, j'utlise aussi un montoir (plot, ballot de paille et même la benne de mon pick'up) et il est vrai qu'il faut noter que pour préserver le dos de nos montures c'est préférable : plus confortable pour eux, mais aussi pour nous.
    Par contre la technique présentée ici par la FFE (au sol avec les deux mains en avant du garrot) est celle demandée pour le montoir lors du PTV sur le TREC, ou même lors des aptitudes sports et loisirs, donc on devrait tout de même savoir la mettre en place. J'avoue que c'est un peu acrobatique, et que j'ai jamais réussi pour ma part, et c'est encore pire lorsqu'il faut monter à droite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'explication de la position des mains, je comprends mieux (même si ça m'a toujours l'air aussi compliqué)!
      La benne du pick-up, c'est probablement plus compliqué de monter dedans que de monter sur le cheval ensuite ;-)

      Supprimer
  6. Ah oui, merci pour cet article... Ce serait bien que tout ça arrive jusque dans les clubs !
    Ce que je préfère, c'est quand même ceux qui sont persuadés que le cheval ne peut pas bouger parce qu'ils ont les rênes courtes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage de l'idée qu'un cheval avec les rênes courtes ne bouge pas, c'est que les chevaux vont très vite démontrer le contraire ;-)

      Supprimer
  7. Je suis d'accord avec toi ! Il est temps que les grandes institutions se remettent en cause et transmettent les bons messages. Par contre il est important de savoir aussi monter depuis le sol en cas de nécessité (en ballade par exemple). 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais arrête de gâcher mes excuses pour pas montrer comment je galère à monter mon petit poney sans montoir :-p
      Surtout avec de bons arguments!

      Supprimer
  8. Je suis d'accord avec toi ! Il est temps que les grandes institutions se remettent en cause et transmettent les bons messages. Par contre il est important de savoir aussi monter depuis le sol en cas de nécessité (en ballade par exemple). 😉

    RépondreSupprimer
  9. Dire que pendant longtemps j'étais en mode "le montoir, c'est pour les faibles"... Ahlala...

    J'utilise toujours un marche-pied, cheval rênes longues qui doit apprendre à m'attendre (trop hâte d'avoir le mien pour lui apprendre à se garer ahah) et une main au milieu à la base de l'encolure et l'autre au milieu de la selle pour éviter qu'elle tourne et mieux répartir mon poids ! Si je dois monter depuis le sol, je mets bien mon bras en travers du siège.

    RépondreSupprimer
  10. j'ai essayé une fois mais le cheval n'écoute pas, il ne court pas :(

    RépondreSupprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.