{Équitation} S'arrêter pour mieux recommencer

"Arrêter l'équitation? Moi jamais!!!" On a toutes dis cela un jour ou l'autre, moi la première. Et puis parce qu'il ne faut jamais dire jamais, j'ai arrêté de monter à cheval. Deux fois depuis que je suis cavalière. Et même pas par obligation en plus.

Aujourd'hui, pour le retour de la Cavalcade des blogs, sur une idée d'Audrey, je vous propose de vous parler des bienfaits de ces pauses dans mon équitation. Parce que oui, elles n'ont pas été que négatives!


Je suis une cavalière un peu tardive, je n'ai pas commencé sur les shets à 6 ans, mais vers 13 ans sur nos célèbres doubles poneys. Et je suis devenue accro tellement vite que 3 ans plus tard je passais mon galop 6 et que j'avais une demi-pension sur une ponette de club (une certaine Jasmine...). Et puis...

Ben j'ai eu 18 ans, l'âge des études, la prépa, la fatigue, les week-end d'un jour et demi, les révisions,... Même si j'avais la possibilité de venir monter Jas le dimanche matin, j'ai préféré garder ma grasse matinée et j'ai arrêté complètement l'équitation pendant ces deux années. 

Bon alors pour mes compétences équestres et mon moral, soyons honnêtes, c'était pas franchement un bénéfice... Mais on a dit qu'on parlait du positif! Si ces deux années d'arrêt m'ont apporté une chose, c'est celle que j'ai comprise en remettant mes fesses à cheval en arrivant à Lyon. Qui pourrait se résumer par un "Plus jamais ça!". 

En effet, arrêter l'équitation m'a permis de comprendre que j'aime profondément ce sport, et surtout les chevaux. De comprendre que la relation avec les chevaux fait partie intégrante de mon équilibre.

Bon, parce que je devais encore avoir des doutes, j'ai quand même tenté à nouveau une pause, et j'ai arrêté un an en arrivant à Paris (celles et ceux qui ont un jour essayé de monter à cheval à Paris avec un salaire de doctorant me comprendront). Résultat des courses, cette fois j'ai compris que j'étais prête à accepter pas mal de contraintes pour pouvoir monter à cheval, puisque que j'ai recommencé à monter dans mon ancien club près de chez mes parents à 2 heures de Paris, tous les 15 jours.

Mais cette fois j'étais convaincue, parce qu'une des premières choses que j'ai faites en arrivant en Suisse, ça a été de me trouver un club, et tant pis s'il faut tenter de comprendre le Suisse-allemand pour ça. J'ai même tellement bien compris ça que quand ma jument est entrée dans ma vie, il n'était rien d'autre d'envisageable que de la faire venir me rejoindre, même si je devais repartir un an après, même s'il fallait lui faire faire 600 km, même s'il fallait réussir à franchir les frontières de l'UE.

Il y a eu aussi d'autres bénéfices à ces pauses: elles m'ont permis de savoir ce que j'aimais vraiment, sans être influencée par les contraintes et les orientations du lieu où j'ai choisi de monter à cheval. J'ai découvert les voyages à cheval, bien loin du club et du classique CSO. J'ai confirmé que j'aime profondément les poneys, ces petits chevaux au caractère de cochon et à la franchise rassurante. Grâce à ces pauses, je sais un peu plus qui je suis et ce que je veux en équitation.

Récemment j'ai testé un autre genre de pause équestre: une pause "bloguesque". Plus de quatre mois sans écrire. Un temps bien utile pour me ressourcer. Prendre mes distances, ne pas me forcer, pour pouvoir revenir sereine, quand l'envie d'écrire est revenue d'elle même. J'ai eu des moments de doute, et même hésité à renouveler le nom de domaine. Et puis du jour au lendemain, mon clavier a recommencer à me démanger, et je suis heureuse d'être à nouveau ici, avec un plaisir de partager retrouvé.

C'est donc pour moi un grand bienfait des pauses, en équitation notamment, mais cela peut s'appliquer à tout. Elles permettent de prendre du recul, de comprendre ce qui est important pour nous et ce qui ne l'est pas.

S’arrêter, c'est pouvoir recommencer. Autrement peut-être, un peu plus proche de soi, un peu plus clair dans ses attentes. Et profondément heureuse de s'y remettre, avec une envie renouvelée.

N'ayez plus peur de faire des pauses, elles seront peut-être difficiles, mais la joie de retrouver cette passion qui nous est si chère est incomparable.



Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. dans un sens comme dans l'autre tu n'as pas fait les choses à moitié :P j'ai l'impression que c'était il n'y a encore pas si longtemps que l'on suivait tes péripéties avec les chevaux du club suisse ! ça fait bizarre de voir qu'on compte déjà en années !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ça, au moins quand je fais quelque chose, je le fais à fond ;-)
      Moi aussi, j'ai l'impression que c'était hier que j'ai découvert la Suisse, et en fait ça va faire 2 ans!

      Supprimer
  2. Il est trop chouette ton article !
    Je me retrouve bien dans ce que tu dis, quand tu écris que ta première pause t'a permis de te rendre compte que le poney, ça compte trop pour toi et qu'il est hors de question de t'en passer à nouveau. J'ai ressenti la même chose il y a quelques années en reprenant avec Kalinka et c'était un sentiment assez extra ! :)

    Contente de te retrouver sur ton blog ! :3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Amaya.
      Et en plus, reprendre avec son propre poney, ça doit être encore plus unique! Ça change tellement de choses (encore un sujet sur lequel il faudrait que je prenne le temps d'écrire!)

      Supprimer
  3. Je viens tout juste de reprendre l'équitation et ton article me parle beaucoup (bon, moi, ma pause a été bien plus longue que les tiennes) parce que je suis en train de me demander à quel rythme je vais monter : j'avais décidé de ne le faire qu'une fois tous les 15 jours mais alors qu'en ayant monté vendredi dernier je n'ai pas envie d'attendre encore 10 jours pour me remettre en selle. Il va falloir que je trouve un équilibre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou comme ça nous rattrape vite n'est-ce-pas! C'est vrai que pour moi tous les 15 jours c'était un peu long aussi, mais ce n'est pas toujours facile de tout concilier avec une vie adulte bien remplie.
      Heureuse de voir que tu redeviens cavalière!

      Supprimer
  4. Une pause fait toujours du bien. Mais parfois elles durent. J'ai repris le cheval cet été et ça m'a fait un bien fou, je me suis demandée comment j'avais fait pour ne pas monter pendant tant de temps.
    Je t'embrasse et contente de te relire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais bien cette sensation du "Mais comment j'ai fait pour m'en passer?"
      Heureuse que tu t'y remettes!

      Supprimer
  5. Merci pour ce retour ... d'expérience et d'écriture :) C'est vrai que, quand on est en pleine pause on évite de se rendre les choses plus difficiles (perso, j'avais arrêté les lectures et même les conversations "poney") mais quand on reprend... on sait qu'une pause temporaire oui... mais faudrait pas que ça dure trop longtemps. Longue vie aux horses'addicts!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est très difficile si la pause doit durer.
      C'est vrai que pour mes pauses, j'avais pas trop de conversations poney non plus, mais surtout parce que dans ces cas-là, on a souvent moins de cavaliers autour de soi!

      Supprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.