Le vieux cheval, un athlète heureux?

Nos vieux chevaux peuvent-ils être des athlètes heureux? Un cheval vieillissant peut-il rester un sportif bien dans ses sabots? Pour la nouvelle édition de la Cavalcade des blogs, Pauline nous invite à partager notre définition de l'athlète heureux. J'ai voulu m'interroger pour savoir si cette expression peut s'appliquer à tous les chevaux, et en particulier à ceux que l'on dit "vieux".

Évidemment, la définition du vieux cheval reste flou et pourrait faire l'objet d'une réflexion à part entière. Mais parlons ici de ces chevaux qui développent tout doucement ces pathologies liées à l'âge (arthrose, Cushing, fonte musculaire et autres joyeusetés...).

Alors un vieux cheval athlète, c'est quoi? Et est-ce vraiment possible? Ou nécessaire? Un athlète, c'est par essence quelqu'un qui pratique une activité physique. On peut aussi le comprendre comme quelqu'un qui entretient sa forme physique. Un peu contradictoire à première vue avec la santé qui diminue avec l'âge de nos chevaux. Et pourtant, si les vieux chevaux ne sont plus de très grands sportifs, il reste pour moi essentiel d'entretenir leur forme physique, pour leur permettre de conserver leur bien-être physique. Garder des muscles qui permettent d'atténuer les effets du vieillissement, de continuer à bouger et à s'activer. Garder la forme pour continuer à mettre la pâtée aux petits jeunes qui tentent de contester l'autorité des anciens du pré. Garder une mécanique bien huilée pour continuer à partager des moments de complicité avec son cavalier, à pieds ou monté.

"Vieille" et sportive (du dimanche...)

Et un (vieux) cheval heureux, c'est quoi? C'est un cheval qui ressent un bien-être mental. Ce qui pour moi passe avant tout par un respect, au mieux de ce qu'il nous est possible de leur offrir, de leurs besoins fondamentaux: des copains, du mouvement, et de la nourriture à volonté. Une vraie vie de cheval en fait, avec les adaptations nécessaires à ses âge et caractère. C'est un cheval à qui on laisse la liberté d'être lui-même.

Comment alors concilier ces deux idées? Le vieux cheval, un athlète heureux? Oui, si il a à la fois un bien-être mental et physique

Je crois même qu'il est essentiel de combiner aussi longtemps que possible ces deux éléments. Avoir au quotidien des conditions de vie dignes d'un cheval, et travailler régulièrement, le cavalier à ses côtés ou sur son dos, pour entretenir sa musculature et sa souplesse et donc limiter ses douleurs.

Mais aussi parce que bonheur du cheval et travail physique vont pour moi ensemble. Il ne sont pas dissociables. Un cheval à qui l'on offre une vie au pré avec copains n'y est pas forcément heureux. Surtout quand le changement est soudain et inattendu. Qui n'a pas connu ce vieux cheval de club qui est revenu de sa retraite parce qu'il déprimait au pré? Quid de ces grands chevaux de compétition qui meurent quelques mois après leur retraite bien méritée?

Avoir des activités avec son cheval, c'est non seulement travailler sur son corps, mais aussi prendre soin de son mental. C'est lui proposer des exercices pour le faire réfléchir et stimuler sa vivacité d'esprit, c'est lui proposer des nouveautés pour le changer de son train-train quotidien. C'est aussi continuer à le monter pour faire briller son expérience, et l'emmener en balade démontrer son envie de faire la course au grand galop avec ses potes.

Alors oui, il est possible de faire en sorte qu'un cheval qui vieillit reste un sportif heureux. Oui, nous avons le droit de monter encore nos vieux chevaux et de leur proposer de nouvelles expériences, tout cela dans le respect de leur intégrité.

C'est probablement pour cela que j'ai vraiment du mal avec cette idée qui considère que le vieux cheval ne doit plus être qu'une tondeuse à gazon, un retraité qu'il faudrait "laisser tranquille". Un début de pathologie de vieillesse et hop, on l'oublie dans un pré, parce qu'il y serait soi-disant heureux.

J'ai choisi de dire non à cette idée. Pour moi, un vieux cheval est avant tout un cheval. Un cheval avec une grande et belle histoire derrière lui, qui mérite notre attention et notre considération.

Ma jument a de l'arthrose. Elle boite régulièrement, particulièrement en carrière à une main. Pourtant je la monte encore (oui, j'ose!). Moins souvent, et principalement en balade. Et je peux vous assurer que dimanche dernier, elle n'était pas la dernière pour faire la course avec le petit jeune devant (bon, on n'a pas gagné quand même, mais il a quasi un tiers de son âge aussi le jeune!). Je m'interroge aussi beaucoup, et je suis loin de savoir quelles sont les meilleures solutions pour entretenir sa forme physique et atténuer ses douleurs d'arthrose. Mais quand elle me suit dans mes folies, je sais qu'elle n'est pas si mal dans sa tête. Et ça, ça n'a pas de prix.

Ma jument a peut-être 20 ans, mais je crois qu'elle est encore, au moins un peu, une athlète heureuse, parce qu'elle a une vie adaptée à ses besoins.


C'est ainsi que je vois le cheval athlète heureux, quel que soit son âge. Un animal qui a une vie équilibrée, dans le bien-être physique et mental.

Et selon vous, tous les chevaux peuvent-ils être des athlètes heureux?
 Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. carrément ! un cheval à la retraite n'est pas un cheval abandonné ! notre mono maintenant un travail léger sur les chevaux de club le plus longtemps possible pour les garder en forme. Dès qu'on était obligés de les arrêter totalement, les soucis arrivaient : dos qui se creuse, fonte musculaire cushing etc ... ils n'étaient pas malheureux car au pré avec des copains et comme ils restaient au club il y avait du passage, mais ils perdaient en état.
    Quand le club a fermé, plusieurs chevaux sont malheureusement morts rapidement après leur déménagement : plus le même endroit eux qui avaient quasi toujours vécu là, plus de monde, plus les mêmes conditions. .. on était heureux de les voir partir au pré tranquillement il faut croire que eux ça les enchantaient moins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, on en voudrait plus des clubs comme ça! C'est vraiment dommage qu'il ait fermé.

      Supprimer
  2. Merciiii <3
    On me fait parfois comprendre sans le dire vraiment qu'à son âge, avec sa maladie et les conséquences que cela entraîne (perte d'énergie, fonte musculaire, pieds en mauvais état et j'en passe, sans parler de l'arthrose) il est temps de laisser Kalinka tranquille.

    Mais non ! Non seulement elle est contente de m'emmener pour quelques balades (qui se font rares et à son rythme), mais quand je ne fais rien d'autre que de prendre soin d'elle, elle finira toujours par réclamer à être stimulée, à voir du paysage. Alors travail à pied et balades à pied sont notre routine pour entretenir son moral et son physique !

    Merci Emilie, pour nos p'tits vieux ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Mais c'est justement pour la préserver et l'entretenir qu'il ne faut pas la laisser tranquille (ce que j'aime pas cette expression! ), mais continuer à prendre soin d'elle à son rythme comme tu le fais :-) Moi aussi j'ai ce ressenti que Jamsine aime les balades, surtout avec des potes!

      Supprimer
  3. Superbe article ! Tu as raison de montrer qu'un cheval c'est pas seulement de 3 ans à 18 ans et apres poubelle. Non, un cheval, c'est un être vivant avec encore des muscles a gigoter !! Et qui plus est, un être qui demande à être vivant. Bel article comme toujours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cyrielle. C'est vrai, il n'y a pas d'âge pour que nos chevaux soient super et vivants!

      Supprimer
  4. Un excellent article qui amène à réfléchir :) Bravo et merci ;)

    www.fionanouk.wordpress.com

    RépondreSupprimer

Ce sont vos commentaires qui me donnent envie d'écrire de nouveaux récits. Alors n'hésitez pas: Sélectionnez "Nom/URL", indiquez un nom et laissez un message. Merci et au plaisir de vous lire.